Il n’aura fallu que quelques minutes pour que les garages et habitations du Chemin Jean Lemay, à Lens, soient inondés. La petite commune rurale, située à deux pas de Pairi Daiza, a en effet été fortement touchée par les orages qui ont éclaté dans la nuit de mardi à mercredi. S’il était déjà arrivé aux riverains de craindre les inondations, jamais ils n’avaient vécu pareille situation.

"On n’aurait jamais pensé en arriver là", explique Virginie Margerin, riveraine. "Il était déjà arrivé que le Petit Rieu déborde mais la pose de sacs au niveau du garage avait toujours suffi à contenir l’eau. En 20 ans, c’est la première fois qu’elle passe au-dessus et inonde notre garage, qui s’étale sur toute la superficie de notre habitation. En 45 minutes, nous étions totalement inondés."

Les dégâts sont importants et devront être estimés par un expert, dont le passage est attendu ce jeudi matin. D’ici là, rien ne peut être nettoyé. "Mon matériel de bijouterie, le frigo, le congélateur, la machine à laver, la tondeuse, deux machines à coudre… Tout était stocké au garage. Les pompiers sont intervenus mais malheureusement, il n’était pas possible d’y faire grand-chose."

Les services de secours ont fait leur possible mais compte tenu du niveau du ruisseau, la patience restait la meilleure des solutions. "Pomper ne servait pas à grand-chose. Tout ce qui nous pouvons espérer, c’est que la météo devienne plus clémente et que le niveau d’eau puisse redescendre. On ne se rend pas compte de ce que c’est avant de vivre ce genre de situation."

Dans la rue, plusieurs autres voisins sont concernés. "Mon voisin direct fait 1,9m et mardi soir, il avait de l’eau jusqu’aux hanches. Il vit au rez-de-chaussée de son habitation, toutes ses pièces de vie sont touchées. Sa voiture partait également à la dérive, il a fallu la tracter grâce à l’aide d’un agriculteur. Dans cette mésaventure, on ne peut que souligner la solidarité qui s’est rapidement imposée. Nous avons vraiment des voisins en or."

En attendant, Virginie Margerin et sa famille ont installé deux tonnelles à l’extérieur afin d’évacuer tout ce qui était encore sec et en état. La Lensoise profite aussi de ce malheur pour faire le tri. Un vide-greniers dont elle se serait toutefois bien passée.