La solidarité n’a ni frontière, ni statut social. La démonstration en sera encore faite ce vendredi, lors du départ d’un groupe de huit personnes vers Chaudfontaine, commune sinistrée par les violentes intempéries de la semaine dernière. Deux éducateurs et six jeunes, âgés entre 14 et 18 ans et placés au Centre de Cerfontaine (Péruwelz), composent ce groupe.

"Ces jeunes étaient en camp du côté de Durbuy lorsque les inondations ont frappé, ils ont vu les dégâts lorsqu’ils étaient sur le retour", explique Laurent Dubrule, éducateur et entrepreneur dans la région de Mons. "Ils avaient pas mal de questions, ils souhaitaient aider. Mon collègue Jean-Baptiste et moi-même souhaitions également apporter notre aide. Nous avons donc interpellé notre direction en proposant que certains jeunes nous accompagnent, ce qu’elle a immédiatement accepté."

Très rapidement, six jeunes manifestent leur motivation à venir donner un coup de pouce aux victimes. "Nous avons pris nos renseignements auprès des pompiers afin de pouvoir nous rendre sur place sans pour autant risquer que nos jeunes ne soient confrontés au pire, à la découverte de corps. Ils nous ont aiguillés vers Chaudfontaine car les travaux de déblaiement sont bien avancés et que la zone a été fouillée par les pompiers et la police. Rapidement, je suis entré en contact avec la responsable du CPAS de la commune."

Ce sont les riverains de la rue Joseph Deflandre, un peu oubliés jusqu’ici car situés en dehors de la zone sinistrée, qui bénéficieront de la présence du groupe. "Ils ont besoin d’aide pour déblayer et nettoyer. Nous assurerons par ailleurs une présence à leur côté. Il nous est demandé, en tant qu’éducateurs, de voir quels sont leurs besoins afin d’en faire écho aux autorités. Il peut s’agir d’un soutien psychologique, par exemple."

Pour les éducateurs, la motivation de ces jeunes est simplement belle à voir. "On espère que cette détermination en inspirera d’autres, qui n’oseraient peut-être pas franchir le pas pour diverses raisons. Des bras, il en manque toujours et ces personnes ont besoin d’aide. Nos jeunes ont eux aussi connu des choses dramatiques, ils n’ont pas été placés sans raison. Mais la solidarité existe, pour tout le monde. C’est le message que nous souhaitons faire passer."

Le groupe prendra le départ ce vendredi et passera la journée sur place, les manches retroussées.