Mons Jérôme, 9 ans, s’est inspiré de ce qu’il avait découvert lors d’un séjour au Canada.

Ces dernières années, le concept des boîtes à livres (ou biblioboîtes) s’est développé en Belgique. Si plusieurs boîtes ont été installées à Ixelles, Nivelles, Jambes,… le Hainaut traîne la patte. Mais aujourd’hui, à l’initiative de Jérôme, 9 ans, l’écart ne se creuse plus. Il a installé, ce dimanche, sa boîte à livres à Soignies, sur le site de la Motte aux Mégalithes.

L’idée est née l’an dernier, alors que le petit garçon était parti en vacances au Canada. "Nous ne connaissions pas le concept", explique sa maman. "Mais nous avons tout de suite été séduits par l’idée. Les boites étaient particulièrement travaillées, elles étaient magnifiques. C’était difficile de ne pas être émerveillés".

De retour en Belgique, Jérôme exprime son envie de transposer le projet. "Nous en avons discuté mais la rentrée des classes est arrivée et les mois sont passés…". C’est finalement récemment que le Sonégien relance l’idée. "Nous nous sommes décidés et nous avons acheté tout ce qu’il nous fallait. Je lui ai donné un coup de pouce mais le principal vient de lui !"

Une fois construite, il restait à trouver où installer cette biblioboite. "Nous avons contacté l’ASBL qui gère le site de la Motte aux Mégalithe. Jérôme a pu présenter les tenants et aboutissants de sa création et le propriétaire a accepté".

Depuis dimanche après-midi, la boite trône fièrement à proximité de ce lieu de passage. "Cela a déjà pris pas mal d’ampleur. Une amie a posté des photos sur Facebook et rapidement, le mot est passé". D’autant plus que des toutes-boîtes ont été distribués dans le village.

"Une heure seulement après son installation, nous avons croisé une dame et sa petite-fille, occupées à lire l’un des livres que nous avions déposé. Elles en avaient également déposé un autre". Car si aucune règle officielle ne régit le fonctionnement de la boîte, elle a pour objectif de promouvoir la lecture et de favoriser l’échange et la découverte. "Nous demandons à toute personne qui prend un livre d’en remettre un. Nous avons tous, dans nos armoires, des bouquins que nous ne lirons plus".

Le bouche-à-oreille fonctionne, l’initiative semble sur la bonne voie. "Cela donnera peut-être envie à d’autres personnes de se lancer. Nous sommes conscients que nous n’avons rien inventé mais le fait que Jérôme ait eu envie, de lui-même, de reproduire ce qu’il avait vu au Canada, je trouve cela très positif".

Espérons cependant que la boite, fabriquée des mains d’un enfant, reste en état. "Nous l’avons préparé à des actes de vandalisme en lui expliquant qu’il était possible que certaines personnes abîment sa boîte". Et de s’engager à réparer si cela devait malheureusement arriver.