Jurbise est une commune qui bouge et la crise covid-19 n’aura pas eu raison de cette philosophie ! En effet, en période estivale et alors que l’épidémie n’était pas derrière nous, le collège communal a souhaité mettre en œuvre, via le service des sports, l’opération "Jurbise en forme." Chaque dimanche en juillet et en août dernier, les citoyens de l’entité âgés d’au moins 12 ans ont été invités à découvrir gratuitement une série de disciplines sportives, encadrées par des professionnels.

"À l’issue des activités, dans une démarche qui répond aux valeurs qui ont fait d’elle la septième commune de Belgique à avoir rejoint le réseau Cittaslow et avec pour volonté de communiquer sur le fait que "Consommer local, c’est bon pour le moral", la commune de Jurbise s’est proposé d’offrir aux participants une boisson et une dégustation provenant des producteurs et artisans locaux", ajoute Christophe Leblond, chef du service animations et projets.

Si la majorité de Jacqueline Galant a souhaité offrir aux citoyens ces moments de détente en pleine pandémie, c’est que le moral de ceux-ci en avait pris un coup. "Beaucoup de citoyens resteront au pays cet été", expliquait la bourgmestre à l’époque. "Nous avons donc concocté, dans le respect des mesures sanitaires, une série d’activités sportives et divertissantes. C’est une première pour notre commune !"

L’opération a connu un réel succès et les inscriptions se sont enchaînées. Il faut écrire que le programme se voulait varié et que ne pas trouver son bonheur aurait été difficile : une balade à vélo, une initiation au golf, à la zumba, à la course à pied, au basket, au Jin Shin Jyutsu, au Core Yoga, au Hiit ou encore à la bonne utilisation du fitness Park communal étaient ainsi possibles, toujours dans une ambiance conviviale et dans un esprit de rencontre et de partage.

Très rapidement, les producteurs locaux avaient répondu à l’appel, preuve que finalement, lors de pareille opération, tout le monde y trouve son compte. Si personne n’espère en arriver là, il ne faut pas douter que si le contexte sanitaire devait pousser les organisateurs à remettre le couvert lors de prochains congés scolaires, tous répondraient une seconde fois à l’invitation du collège communal.