Mons

Il se consacrera aux marchés et à sa boutique située à Stambruges.

Coup de massue pour les amateurs de bons fromages. D’ici novembre 2020, Jacquy Cange fermera sa boutique, ouverte à la rue d’Havré deux jours seulement avant la grande fête d’ouverture de Mons 2015. L’artisan affineur de fromages, réputé dans la Belgique entière, quittera à regret la Cité du Doudou pour se consacrer à son atelier d’affinage et à sa boutique basés à Stambruges.

“Ce n’est pas pour tout de suite, mon bail se termine en novembre 2020. Mais notre départ de Mons est officiel”, confirme-t-il. “C’est un choix assez logique : ma femme s’occupe de quatre marchés et mon fils de cinq tandis que je m’occupe de mon atelier et de la boutique de Stambruges. Je suis officiellement pensionné et après 45 ans de travail, j’ai envie de lever un peu le pied.”

Et donc de cesser les allers-retours jusqu’à Mons au minimum une fois par semaine. “Paul-Henri gère la boutique montoise d’une main de maître, elle fonctionne extrêmement bien. Mais il ne souhaite pas la reprendre en tant qu’indépendant et de notre côté, personne ne souhaite quitter les marchés pour la gérer. La boutique est rentable mais nous sommes en société et nous devons penser à l’avenir.”

Avec le retrait progressif de Jacquy Cange des activités, difficile en effet de maintenir le même rythme. “Aujourd’hui, nous avons du temps devant nous pour faire les choses correctement. Si nous connaissions une baisse des ventes à Mons ou s’il nous arrivait quelque chose à ma femme ou à moi, nous serions contraints de vendre rapidement afin de ne pas mettre en péril l’emploi de six personnes. Ce n’est pas ce que nous voulons.”

Que les amoureux du savoir-faire de la société Jacquy Cange se rassurent néanmoins, il sera toujours possible d’en profiter en se rendant sur les marchés de Mons, d’Antoing, de Tournai, d’Enghien, de Frasnes-lez-Anvaing, de Nivelles ou de Bruxelles (marché du Châtelain) ou directement à Stambruges. “Ce n’est ni une faillite ni la fin de quelque chose, c’est un repositionnement de notre société et une meilleure exploitation de nos forces.”

Malgré un message qui se veut rassurant et une fermeture qui n’est pas vraiment imminente, il faut bien avouer que le départ annoncé de Jacquy Cange, qui avait pignon sur rue à Mons, en décevra plus d’uns.