Jean-Luc Lemoine sera à l’affiche du LOL Festival le 5 avril avec Brut.

Il sera à l’affiche du LOL Festival, à cheval entre Mons et Aulnoye-Aymeries début avril pour présenter son nouveau spectacle, Brut. Jean-Luc Lemoine y défend l’idée que, puisqu’on ne peut plus rien dire, il faut le faire…

Quels sont ces sujets tabous que vous abordez sur scène ?

Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux, tout devient tabou. Car tout peut être interprété, parfois de manière malhonnête intellectuellement. Et dans tout cela, il y a encore des sujets plus sensibles. Alors, profitons de la scène où le temps est différent et permet de développer des sujets qu’il faudrait normalement éviter. Ça va du terrorisme à la peine de mort en passant par le véganisme. Sans mettre tout ça sur la même ligne évidemment. J’essaie de faire une photographie la plus juste de la société en bousculant un peu les gens, mais surtout en les faisant rire. Car c’est tout de même mon principal objectif. Et des retours que j’ai, ça fait du bien.

L’effet de meute sur les réseaux a tendance à brider la liberté d’expression ?

D’un côté c’est formidable, les réseaux sociaux ont pu donner la parole à des gens qui ne l’avaient pas. Mais certains veulent se faire valoir en pointant du doigt des choses scandaleuses. Ils ont parfois raison. D’autres en profitent pour monter des buzz et jettent en pâtures des personnes à partir de bouts de phrase sortis de leur contexte. Ça peut donner des procès en sorcellerie assez flippants. Mais il ne faut pas prendre peur pour autant et se taire. Sans chercher à dire n’importe quoi sur scène, je prends comme un acte militant le fait d’aborder des sujets sensibles.

Scène, télévision, radio… Vous avez encore le temps pour de nouveaux projets ?

Les journées sont bien chargées, mais je prépare tout de même des prime times d’humour pour France 3. Ce sera des plateaux avec des comiques en live et des surprises.