Dans quelques jours, Mons va vibrer pour son Doudou. En attendant, on ouvre l'album souvenir de quelques personnalités locales.

Dans quelques jours, la Ville de Mons va à nouveau vibrer de tout son folklore. Le Doudou est un événement incontournable pour les Montois et les habitants de la région, il laisse à tous des moments gravés dans les mémoires. Nous avons donc demandé à quelques personnalités quels étaient leurs plus beaux souvenirs de Ducasse.

Jean-Phi chouchouté durant le Combat

© SH

2013 était une bonne année pour Jean-Philippe Watteyne. Le Montois crevait l’écran à Top Chef. Cette même année, cet amoureux du folklore gérait le repas du Bal des Acteurs. Des acteurs qui lui ont bien rendu lors de la Ducasse. "J’ai pu les accompagner toute la journée", se souvient Jean-Phi. "Dès le petit matin, à l’Embuscade à Cuesmes. Puis pour le petit-déjeuner. J’ai fait la Procession, la montée du Car d’Or et la descente de la rue des Clercs avec eux. Jusqu’au Combat auquel j’ai assisté à la corde. Régulièrement, il y en a un qui me faisait un petit clin d’œil et me remettait un objet. J’ai tenu dix minutes à la corde, après je suis parti par l’arène."

David Jeanmotte et ses amis orange

© DR

Parmi les moments gravés dans la mémoire du célèbre relookeur, il y a ce Lumeçon observé depuis très haut. "J’avais eu le privilège d’assister au combat depuis le campanile de l’Hôtel de Ville. La vue était très impressionnante", confie David Jeanmotte. Mais il y a aussi la complicité avec le Comité des Remparts, les hommes en orange. "Il y a une année où j’étais occupé à faire des interviews pour la RTBF. Et tout d’un coup, ils m’ont attrapé et m’ont fait sauter comme un sac de patate. C’était mon petit moment de gloire au Doudou. J’ai passé un très bon moment avec eux. D’ailleurs, cette année, j’aurai mon sweat orange et je passerai la Ducasse avec le comité."

Pauline Burlet en invitée d’honneur

© BELGA

2015, année mémorable pour tous les Montois évidemment. Mais encore plus pour Pauline Burlet. Cette année-là, l’actrice était invitée d’honneur du Doudou aux côtés d’ Alice on the Roof. L’occasion de découvrir la Ducasse et son Lumeçon comme jamais elle ne les avait vus. "Quand on est montois, le Doudou est un événement incontournable", souligne Pauline Burlet. "Mais en 2015, j’ai eu le privilège d’être invitée d’honneur. Ca m’a permis notamment d’assister à la Ducasse en étant aux premières loges et de passer par l’arène du Lumeçon. C’était tout simplement génial !"

L’instant magique d’Elio Di Rupo

© BELGA

Elio Di Rupo aura passé 18 Ducasses en tant que bourgmestre de Mons. De quoi laisser des souvenirs… "La Ducasse est un grand moment de partage, en toute simplicité, avec la population. Au Doudou, tout le monde est mis sur le même pied", relève Elio Di Rupo. "J’ai vécu de très beaux moments et de belles rencontres, notamment avec les invités que nous avons reçus tels que Justine Henin ou Axel Red. Mais le moment le plus marquant pour moi, c’est la Descente de la châsse, quand tout se termine, que les chœurs chantent et que les orgues tintent. C’est un moment de grande émotion pour tous les Montois."

Saule sous les applaudissements

© AVPRESS

Et si la vocation du chanteur Saule était née lors d’une Ducasse ? "Mon premier plus beau souvenir, c’est quand étant élève à l’externat Saint-Joseph, j’ai fait le page lors de la Procession du Car d’Or", se rappelle Saule. "Ce qui m’avait beaucoup amusé, c’est que les gens le long de la procession applaudissaient à notre passage. Ca m’a peut-être donné envie de faire de la scène." Et il est encore question d’applaudissements quelques années plus tard. "Mon autre meilleur souvenir, c’est quand j’ai eu la chance d’être invité à chanter aux côtés de Michael Jones pour le concert du Doudou en 2013."

Michaël Miraglia au micro

© BELGA

Le célèbre journaliste Michaël Miraglia a fait ses premières armes à Télé MB. De quoi garder de beaux souvenirs de la Ducasse. "D’un côté, je ne pouvais plus faire la fête comme j’en avais l’habitude", se souvient Michaël Miraglia. "Le travail commençait tôt le dimanche matin. Avant, il fallait potasser une véritable bible du folklore. Ca peut sembler anodin de commenter le Doudou, mais ça demandait beaucoup de travail de préparation. Ca m’a toutefois laissé de magnifiques souvenirs. Sans prétention, nous avions le sentiment de participer à notre manière au folklore et c’était une grande émotion."