L'expo photos "Je suis femme" rend hommage à la féminité malgré le cancer

Il y a cinq ans, la vie de Janique Saussez basculait définitivement alors qu'un cancer du sein lui était diagnostiqué. S'en suivaient une ablation, la chimiothérapie et les rayons mais aussi une perte d'estime de soi importante. À l'époque, avec un sein un moins et sans cheveux, la Jurbisienne ne se sentait tout simplement plus femme.

Aujourd'hui, Janique Saussez a gagné le combat face à la maladie et souhaite rendre un peu d'espoir à toutes celles qui se sont battues ou qui se battent encore pour vivre. À travers une exposition photo, elle a souhaité mettre en avant ces guerrières et leur féminité. « L'idée m'était venue l'an dernier mais en était restée là. Cette année, je me sentais prête à relever le défi. Les retours sont positifs et je ne crains plus l'échec. »

Au total, ce sont 11 femmes qui ont participé au projet. « Certaines ont subi l'ablation d'un ou des deux seins, certaines prient pour ne pas passer par là, certaines ont été reconstruites, d'autres pas. Nous avons aussi une jeune femme qui a eu un cancer de l'utérus et qui, quelques jours après la séance photo, subissait l'ablation des deux seins de manière préventive. » Malheureusement, malgré les informations préventives et les dépistages, le cancer du sein reste le plus fréquent chez la femme.

© HILLS

« Après avoir subi mon ablation, j'avais perdu confiance en moi. En vacances, une seule poche de mon bikini était remplie. J'ai eu droit à des remarques, aux regards de pitié. J'ai aussi testé la prothèse dans le bikini mais lorsque je suis sortie de l'eau, cette dernière est tombée. J'ai finalement passé mes vacances en soutien-gorge et subi les regards méprisants de personnes qui ont probablement cru que je n'étais pas capable de m'acheter un maillot. »

Il y a deux ans, Janique Saussez optait pour la reconstruction. « Tout ne s'est pas bien passé mais aujourd'hui, je peux à nouveau porter un bikini, même si je fais attention à cacher au maximum les cicatrices. J'ai également repris goût à acheter de la belle lingerie. C'est aussi le cas des femmes qui ont participé au projet : elles ont fait la démarche d'aller en magasin, de choisir de la lingerie et de la porter devant l'objectif. Julian Hills, le photographe, a fait un travail merveilleux et a réussi à nous mettre à l'aise. Elles ont retrouvé confiance en elles et ça, c'est merveilleux. »

Concrètement, l'exposition « Je suis femme » est à découvrir ce samedi dès 18 heures à la salle culturelle Jacques Galant, à Jurbise. Elle sera suivie deux concerts. Les bénéfices seront reversés au CHU Ambroisé Paré dans le but d'améliorer le confort des patients atteints de toute forme de cancer.