Mons

Une réunion d’information sera organisée le 7 février prochain.

Les éoliennes feront-elles bientôt leur apparition sur le territoire des communes de Mons et de Frameries ? C’est possible. C’est en tout cas le souhait d’EDF Luminus, d’Engie et d’Eneco, qui prévoient d’introduire une demande de permis unique relative à l’implantation d’un parc d’éoliennes, d’une cabine de tête, de chemins d’accès, d’aires de montage et à la pose de câbles électriques sur les deux communes, à proximité immédiate du zoning de Frameries et du R5.

Ce n’est pas la première fois que pareil projet est évoqué. Début 2017 déjà, l’arrivée prochaine de six éoliennes sur les communes de Frameries et de Mons était envisagée. Une réunion d’information préalable avait même été organisée. Mais force est de constater que le processus n’est pas arrivé à termes.

La procédure est aujourd’hui totalement relancée et une nouvelle réunion d’information au public sera organisée le jeudi 7 février prochain à 19 h 30 (salle UP HOC à Frameries). “C’est un tout nouveau projet. Quatre éoliennes seront implantées sur Frameries et deux sur Mons. Nous sommes à nouveau au tout début des démarches, il ne s’agit vraiment pas d’une continuité.”, précise-t-on du côté d’EDF Luminus. Ces éoliennes, si elles deviennent réalité, auront une puissance maximum de 2,2 à 3,6 mégawattheures pour une production annuelle qui reste à déterminer.

De son côté, la commune de Frameries se dit favorable au projet, à plusieurs conditions. “Les terrains convoités sont des terrains privés mais nous avons demandé à ce que les trois entreprises travaillent de concert avec l’IDEA puisqu’ils se trouvent à proximité d’entreprises qui pourraient être intéressées de nouer un partenariat”, précise Jean-Marc Dupont (PS).

“Nous demandons également aux trois acteurs de venir avec des propositions à travers lesquelles les citoyens pourraient être associés. Au niveau du collège communal, nous sommes favorables à ce type de projets tant que les normes sont respectées, ce qui semble aujourd'hui être le cas.” Suite à cette réunion, chacun sera invité à adresser, jusqu'au 22 février, ses observations et suggestions destinées à la réalisation de l’étude d’incidences par écrit au Collège Communal de Frameries. La commune devra rendre un avis à l’issue de la procédure mais c’est bien la Région wallonne qui tranchera.