Mons Plus dynamique que jamais, l’université décore des acteurs de la lutte climatique pour ses 10 ans.

La rentrée académique a une saveur particulière cette année pour l’UMons qui célèbre son dixième anniversaire après la fusion en 2009 de l’Université de Mons-Hainaut et la Faculté Polytechnique de Mons.

Loin d’attarder son regard dans le rétroviseur, c’est tourné vers l’avenir que le recteur Philippe Dubois a porté son discours, soulignant les nouvelles réalisations et évoquant les projets en cours. C’est que l’UMons est une université particulièrement dynamique qui jouit d’une croissance remarquable, tant au niveau de l’enseignement que de la recherche. Le nombre d’inscriptions est ainsi en augmentation et pourrait faire passer prochainement à l’UMons le cap des 10.000 étudiants. Par ailleurs, de nouveaux bâtiments sortent de terre, de nouvelles formations sont proposées et de nouvelles collaborations se mettent en place.

On l’aura compris, avec ses 10 bougies sur le gâteau, l’UMons n’est pas près de se mettre au vert.

Quoique… Cette rentrée académique était également l’occasion de distinguer des acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique. Greta Thunberg, Nicolas Hulot et l’économiste Nicholas Stern ont ainsi reçu les insignes de Docteur Honoris Causa.

"Une université se doit d’anticiper les mouvements de la société. Elle est une tour de guet qui prend de la hauteur, mais certainement pas une tour d’ivoire coupée du monde", a commenté le recteur Philippe Dubois. "Nous contribuons à former les citoyens de demain. Le choix de ces trois docteurs est donc sans équivoque."

Portant le combat pour la sauvegarde de la planète outre-atlantique, Greta Thunberg n’était pas présente à Mons mais a adressé un message vidéo où elle remercie l’université, ses équipes et ses étudiants. De son côté, Nicholas Stern s’est dit optimiste sur ce que nous pouvons faire, mais inquiet sur ce que nous allons faire face au réchauffement climatique. "Il revient à chacun de nous de faire bouger les choses", a invité l’économiste.

Ému et honoré, Nicolas Hulot n’en avait pas pour autant perdu son humour. "Me voilà docteur, ma femme va être contente", a plaisanté l’ancien ministre avant de prendre la défense de Greta Thunberg, adulée par certains, critiquée par d’autres. "Quand j’entends certains commentaires, je me demande qui est autiste. Ceux qui tournent en dérision cette voix de la jeunesse qui émerge me font penser aux imbéciles qui regardent le doigt quand le sage montre la lune. Regardons ce que Greta et les jeunes nous montrent. Nous sommes condamnés à agir ensemble ou à mourir comme des idiots."