L’UMONS a décidé d’investir en faveur de ses étudiants en médecine et en pharmacie en créant un "learning lab". Ce dernier comprend un cabinet médical et une officine pharmaceutique qui ont pour but de permettre aux étudiants de s’acclimater à leur futur lieu de travail. Une régie, contrôlée par un assistant ou un professeur, permettra à l’ensemble de la classe de voir la mise en scène et de desceller les éventuelles erreurs commises durant celle-ci. L’investissement total de l’UMONS pour ce "learning lab" s’élève à environ 200 000 euros.

© Ducobu

© Ducobu

Le "leaning lab" permettra aux étudiants de master des facultés de médecine et de pharmacie d’avoir davantage de travaux pratiques visant à inculquer la matière vue durant leur bachelier. "Ce tout nouveau learning lab est un dispositif d’apprentissage qui nous permet de placer les étudiants, futurs pharmaciens et médecins, dans une situation qui ressemble en tous points à ce qu’ils vont rencontrer dans leur prochaine vie professionnelle", explique Philippe Dubois, recteur de l’UMONS. 

© Ducobu

Des jeux de rôle simulés par groupe de deux étudiants permettront à ces derniers de développer certaines de leurs compétences. "Le but du jeu de rôle est de permettre à l’étudiant d’exercer sa communication vers ses patients", précise Alexandre Legrand, doyen des facultés de médecine et de pharmacie de l’UMONS. "Le principe repose sur une recherche de solutions à un problème contextualisé. Ces exercices vont leur permettre l’acquisition de nouvelles compétences. La contextualisation de l’apprentissage va permettre aux étudiants de mobiliser toutes les connaissances acquises lors de leur bachelier. Cela leur sera également bénéfique lors de leur stage où ils pourront plus facilement donner leur avis et éventuellement apporter des précisions aux diagnostiques qui seront faits."

© Ducobu

Au total, 180 000 euros ont été investis par l’UMONS pour ce projet ambitieux. Ce coût comprend les travaux réalisés au sein du bâtiment ainsi que l’achat du mobilier et du matériel audio-visuel et technologique. A cela s’ajoute le recrutement de deux équivalents temps plein, une chargée de cours et un assistant, qui porte la somme des coûts à environ 200 000 euros.