Mons

Le terrain sur lequel cette nouvelle cité étudiante sera construite est situé à l'arrière de la haute école Condorcet.

D’ici quelques jours, les étudiants du supérieur feront leur rentrée scolaire. Pour certains d’entre eux, cette dernière s’effectuera à l’UMons, pour la première fois ou non, en logement étudiant ou non. Pour répondre à une demande toujours croissante en la matière, l’université montoise a dans ses cartons quelques projets, dont celui de la construction d’une nouvelle cité estudiantine.

Cette dernière sera accessible aux étudiants de l’UMons bien sûr, mais pas seulement puisqu’un accord de partage de logements existe avec la HELHa, la HEH et Condorcet. "Le timing est plutôt court, on peut s’attendre aux premiers coups de pioche dans le courant de l’année 2020", précise Philippe Mettens, administrateur de l’université.

Quelque 350 logements devraient ainsi s’ajouter à l’offre existante de 815 logements. "C’est beaucoup comparativement à d’autres universités, mais cela reste insuffisant pour répondre à la demande. Nous accueillons plus de 9000 étudiants et certains d’entre eux sont contraints de se tourner vers le secteur privé, avec ce que cela implique d’un point de vue financier."

Pour un logement étudiant géré par l’université, il faut compter entre 280 et 350 euros, contre 500 à 600 euros dans le privé. "Proposer davantage de logements à loyer modéré, c’est aussi permettre un accès plus aisé aux études. Cela fait partie de nos missions et contribue au développement de notre institution."

Le projet n’est possible que grâce à un partenariat public-privé. Le terrain sur lequel sera érigée cette nouvelle cité estudiantine est idéalement situé puisqu’il se trouve à deux pas du campus de la plaine de Nimy et de Condorcet. "Les logements appartiendront au partenaire privé mais c’est bien nous qui allons les gérer et fixer les prix de la location. Le fait de pouvoir développer ce genre de projet avec un privé, c’est aussi une preuve de confiance envers nous."

À ces logements s’ajouteront d’une part une salle de fête dédiée aux étudiants, maintes fois réclamée sans pour autant que les projets annoncés n’aboutissent, et d'autre part une infrastructure sportive, comprenant notamment un terrain de football et une piste d’athlétisme. La localisation même du terrain offre en plus un accès direct jusqu’au Grand-Large et donc vers la piscine.

Si aucune date précise n’est annoncée, cette première phase pourrait devenir réalité rapidement, avant la mise en œuvre d’autres projets. L’université réfléchit par exemple à la construction de nouveaux amphithéâtres, du côté de la pleine de Nimy ou du Joncquois notamment, offrant une capacité d’accueil de 150 à 350 places. Des perspectives de développement bien nécessaires puisque cette année encore, l’UMons enregistre une hausse de 3,7% de nouveaux inscrits.