Pour la première fois, cette rentrée académique de l'UMons sera marquée par l'arrivée du cycle complet des études en pharmacie. Les étudiants qui termineront le Bachelier pourront donc enchaîner directement avec leur Master dans les locaux de l'UMons, en codiplômation avec l'ULB. "L'ouverture de ce Master aura des retombées positives en termes d'emplois pour ce secteur dynamique mais en pénurie de main d'oeuvre hautement qualifiée", assure Philippe Dubois, recteur de l'université.

L'arrivée de ce Master s'accompagne de la création d'un learning lab, sorte d'officine et de cabinet médical virtuels qui serviront à la formation des étudiants. Un véritable atout pour l'UMons qui veut voir encore plus loin. L'université montoise entend compléter son offre médicale en proposant un Master en médecine à l'horizon de la rentrée 2023, toujours en partenariat avec l'ULB.


L'objectif étant de proposer enfin un cycle complet dans ce domaine et d'être la deuxième université wallonne, après Liège, à disposer d'un Master en médecine. "La décision pour l'octroi de ce Master doit faire l'objet d'un consensus politique préalable", précise le recteur. "Un moratoire sur les demandes d'habilitation en Bachelier et en Master doit être levé au printemps 2021. A ce moment-là, nous déposerons officiellement la demande de Master en médecine. Et si tout fonctionne comme nous l'espérons, nous pourrions être opérationnels en septembre 2023."

Plusieurs critères motivent la volonté des instances universitaires montoises. "La crise sanitaire a montré des besoins sanitaires évidents, le Hainaut est la province wallonne le plus peuplée et l'état général de la santé de ses habitants est préoccupant, en matière, notamment, de mortalité et d'espérance de vie. Par ailleurs, l'UMons est une université de référence en Hainaut pour son implication dans la lutte contre le Covid-19."