Plusieurs enseignants assureront bénévolement les services d’interprétation pour les invités VIP du vol inaugural de la nouvelle ligne Minsk-Charleroi (Bruxelles Sud)

L’Université de Mons se retrouve une nouvelle fois au cœur de l’actualité, certes indirectement, mais au cœur tout de même. Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas pour une distinction quelconque que l’UMONS prend de la hauteur, mais plutôt pour sa participation active à un événement international.

L’UMONS, via sa Faculté de Traduction et d’Interprétation, et plus spécifiquement son département de russe, est en effet associée au vol inaugural prévu ce jeudi de la nouvelle ligne Minsk-Charleroi (Bruxelles Sud), qui reliera pour la première fois directement la Belgique et le Belarus. Plusieurs enseignants (Anne Godart, Olga Gortchanina et Daria Balandina, NDLR.) de ce département assureront bénévolement les services d’interprétation VIP ce jour-là à l’occasion des discours (ambassadeur, ministre…).

Une occasion unique pour l’UMONS de rappeler que sa Faculté de Traduction et d’Interprétation - EII peut se prévaloir de 30 années d’échanges avec le Bélarus. Des étudiants y sont d’ailleurs actuellement à Minsk en séjour Erasmus.

Plus globalement, la Faculté de Traduction et d’Interprétation - EII œuvre depuis de nombreuses années à l’apprentissage de la langue et de la culture russes, mais aussi à une meilleure compréhension de tout ce qui concerne la russophonie. Trois étudiants de la faculté ayant séjourné en Belarus seront présents à l’aéroport ce jeudi pour témoigner.

Notons que, pour l’anecdote, l’une des enseignantes du département de russe présente ce jeudi à Charleroi pour l’interprétation, est l’épouse d’un étudiant de la FTI-EII, Cédric Dupont, qu’elle a rencontré à Minsk lors du séjour Erasmus de ce dernier là-bas.


La FPMs championne de Belgique de Robotique

Autre distinction pour l’UMONS, dans un tout autre registre. Ce week-end se déroulait la Coupe de Belgique de Robotique. L’édition 2017 était organisée par le Pass dans les locaux de l’université de Namur. Une équipe d’étudiants de la faculté polytechnique de Mons (UMONS) y prenait part et s’y est illustrée, comme en 2016, en remportant le titre national. Les deux robots de l’équipe Space MONSters, baptisés, AlBotor et X-Bot ont accompli avec brio, tout au long de la compétition, les tâches qui leur étaient assignées et qui tournaient, cette année, autour de la conquête lunaire. Il s’agissait, en effet, pour les prototypes d’engranger un maximum de minerais et de modules et d’ensuite les ramener à la base dans un temps imparti.

L’équipe Space MONSters a même pulvérisé le record lors de la finale en s’imposant face à l’UCL par 106 points contre 37. Grâce à ce résultat, les étudiants de la FPMs prendront part aux finales européennes qui se dérouleront fin mai à la Roche-sur-Yon, en France, et qui rassembleront les meilleures équipes de France, Allemagne, Roumanie, Russie, Serbie, Espagne, Suisse, Grande-Bretagne, Algérie et Tunisie.