Il sera désormais possible de visiter Mons en langue chinoise.

Chaque semaine, plus de 1.000 passagers chinois arrivent à l’aéroport de Liège. Alors une ville comme Mons qui souhaite booster son développement à l’aide de son attraction culturelle et touristique ne peut pas se passer d’accueillir en ses terres des flopées de touristes venus d’Asie. À la fin août, une délégation des tours opérateurs majeurs de Chine s’installera à Mons pour visiter la ville et sa région.

Après une opération séduction à destination des touristes allemands et britanniques, ce sont donc les touristes chinois qui font l’objet d’une très grande attention des autorités communales. "Le développement économique a créé une nouvelle vague de touristes chinois, jeunes, aisés et qui voyagent de manière indépendante", explique Nicolas Martin (PS), l’échevin du tourisme à Mons.

"Aujourd’hui, plus de 80 % des voyageurs chinois font un travail de recherches en ligne et se renseignent sur les destinations à travers le web. Un tiers organise désormais leur propre voyage, reste plus longtemps et dépense plus sur leur destination. Cette nouvelle vague de touristes chinois est sophistiquée, cultivée, ultra-connectée et jeune". En outre, un touriste international sur dix est chinois.

Rien qu’en 2015 et grâce à des liaisons aériennes entre plusieurs villes chinoises et Liège, 40.000 touristes chinois ont atterri à Liège pour commencer leur circuit touristique en Europe. Trois nouvelles liaisons au départ de trois villes chinoises dont Changsha (ville jumelée avec Mons) sont prévues pour mars 2017. "Les prévisions de croissance à l’horizon 2020 laissent entrevoir des perspectives intéressantes. Le tour-opérateur chinois U-Tour estime d’ailleurs que 600 millions de chinois supplémentaires sont susceptibles de venir visiter l’Europe".

Idéalement située, Mons compte obtenir une place de choix dans les circuits européens des chinois qui atterrissent tantôt à Liège tantôt à Bruxelles. "Cela s’inscrit dans notre volonté de développer le marché touristique. Et compte tenu des liens qui unissent Mons avec une ville et une province chinoise, nous voulons convaincre les tours opérateurs chinois de s’arrêter à Mons. Ce marché chinois est complémentaire avec celui que nous développons avec les Britanniques, par exemple, pour promouvoir le tourisme mémoriel. C’est une belle opportunité en matière de développement touristique".

L’opération séduction a débuté il y a seulement quelques mois mais VisitMons en a déjà profité pour développer des outils spécifiques pour ces touristes férus de technologies. Des visites audio guidées de la ville ont été enregistrées en chinois et certains sites historiques comme la Maison Van Gogh (à Cuesmes et à Wasmes) disposent de plaquettes en langue chinoise. Un circuit "sur les traces du dragon" devrait séduire cette nouvelle vague de touristes.