La SNCB et les autorités communales ont signé un accord ce jeudi après-midi

C’est la fin d’une sage longue de plusieurs années. Ce jeudi, la commune de Boussu et la SNCB pont signé un accord concernant la gestion du bâtiment des voyageurs, du parking et des abords de la gare de Boussu, jusqu’ici laissée à l’abandon. Via un bail emphytéotique d’une durée de 50 ans, ceux-ci sont remis entre les mains de la commune.

« C’est un moment que l’on attendait depuis longtemps, c’est un moment important pour nous mais surtout, pour la population », a insisté le bourgmestre, Jean-Claude Debiève (PS). « C’est un projet qui nous tenait particulièrement à cœur car il nous permet de rendre service à la population de notre commune mais aussi des communes voisines. Nous ne pouvions plus accepter que les navetteurs attendent leur train dehors, sous la pluie. Ce n’était pas respectueux. »

© AVPRESS

Concrètement, cette signature va permettre aux autorités de procéder aux travaux de rénovation du bâtiment et, plus globalement, du site de la gare de Boussu. Les citoyens disposeront ainsi d’une salle des pas perdus chauffée et éclairée de 6 heures à midi en semaine, et de 32 places de stationnement gratuites à proximité du quai. Le tout sur un site redynamisé, sécurisé et entretenu.

« Le conseil communal devra encore se prononcer sur les tenants et aboutissants de ces travaux. Mais notre objectif est d’offrir aux navetteurs un lieu où ils se sentent bien et surtout, en sécurité. Nous pouvons déjà annoncer qu’une conciergerie est prévue afin de limiter les dégradations éventuelles. » Des places pour le covoiturage et pour personnes à mobilité réduite sont par ailleurs prévues.

© AVPRESS

Doté d’un aspect architectural certain, le bâtiment de la gare est situé à l’entrée de ville, à proximité immédiate du parc public qui abrite le château médiéval. « Il fait partie intégrante de notre patrimoine. Ce projet s’intègre dans une démarche plus globale, où chaque pièce devra être assemblée pour améliorer le bien-être et le cadre de vie de nos citoyens. »

Pour rappel, le bâtiment avait été fermé au public en 2003. Depuis, il subissait les ravages du temps et était régulièrement victime de faits de vandalisme. « C’est une opération win-win. Entre la commune et la SNCB mais surtout, au bénéfice des utilisateurs », a conclu Georges Dupont, général manager à la direction stations.