Mons

Avec le SPW et HYGEA, des actions de propreté vont être menées

La Région du Centre n'a pas toujours une bonne image. Et les nombreux déchets qui jonchent le bord des routes n'y sont pas étrangers. Mais avec le concours du SPW et d'HYGEA, la CUC veut s'atteler à la tâche et redorer le blason de la région.

« Nous avons lancé cette dynamique au début de l'année 2017 », indique Laurent Devin, président de la CUC. « Il y avait une demande des citoyens qui veulent un meilleur cadre de vie. Mais il y avait aussi une demande forte des entrepreneurs de la région. Certains investisseurs, lorsqu'ils sortent de l'autoroute au Roeulx et vont vers Binche par exemple, finissent par faire demi-tour. »

Une mauvaise impression que confirme Benoît Friart, bourgmestre du Roeulx et administrateur délégué de la brasserie Saint-Feuillien. « Quand des clients viennent à la brasserie, je leur indique un itinéraire bis qui va éviter certains coins où les déchets s'entassent. »

Un travail va donc être mené pour rendre les routes plus propres. Jouant le rôle de coordinateur entre les communes de la région, HYGEA et le SPW, la CUC a aidé à définir une carte des points noirs en matière de routes polluées. Sur base de cette analyse, les équipes mandatées par le SPW vont pouvoir procéder à un ramassage des déchets avant de procéder au fauchage. Un planning d'intervention a ainsi été défini, le premier fauchage de sécurité intervenant au printemps, un second en été. Un fauchage complet comprenant les talus et contre-talus sera en outre mené vers la fin du mois d'octobre.

Vendredi matin, les équipes du SPW étaient déjà à l’œuvre sur la N55. Si les abords des routes doivent être nettoyés, les mentalités doivent également évoluer. En effet, le SPW mène régulièrement en Wallonie des opérations de nettoyage. 7000 tonnes de déchets sont ainsi collectées tous les ans. Or, fait inquiétant, ce volume ne diminue pas d'année en année.

« Nous devons aussi mener un travail de sensibilisation sur le terrain », poursuit Laurent Devin. « HYGEA mène ainsi des animations gratuitement dans les écoles avec la collaboration de Fost Plus. En matière de bonnes habitudes à adopter, les enfants sont nos meilleurs ambassadeurs. »

A noter que des actions sont aussi menées par l'intercommunale auprès du grand public, notamment sur la réduction des déchets et le compostage.

Reste enfin la répression quand la sensibilisation ne suffit pas. Mais, si le jet d'un mégot par terre peut par exemple coûter 50 euros, nos communes n'ont pas les moyens de poster des agents constatateurs à tous les coins de rue. Aussi, insiste-t-on tant du côté de la CUC, du SPW et d'HYGEA, la propreté est l'affaire de tous. Les autorités s'engagent par un plan d'action à rendre la région plus agréable à vivre. Reste à espérer que ce travail sera respecté.