"La gare de Mons est un choix du passé. En tant que ministre de la Mobilité, je n'accepterai pas que de tels choix se reproduisent dans le futur", a déclaré Georges Gilkinet (Ecolo) jeudi à la Chambre. Il y était interrogé par Raoul Hedebouw (PTB) à propos d'un reportage de la RTBF concernant ce chantier non encore terminé.

Prévue pour 2015, la nouvelle gare de Mons n'a toujours pas été inaugurée. Mercredi soir, la RTBF révélait que le cahier des charges de ce chantier n'avait jamais été modifié, alors que le projet initial de passerelle s'était transformé en construction d'une toute nouvelle gare. Les coûts ont en outre explosé, passant de 37 millions d'euros à la base à 324 millions d'euros. 

Interrogé à la Chambre, Georges Gilkinet a pris l'engagement que "demain, la SNCB soit mieux gérée qu'au moment où ces choix ont été posés", voulant "faire en sorte que chaque euro investi dans les chemins de fer profite principalement aux voyageurs". Le chantier devra toutefois être achevé. 

Enfin, M. Gilkinet a rappelé que le parlement disposait de la possibilité de demander un audit à la Cour des comptes. Raoul Hedebouw a indiqué qu'il allait déposer une résolution en ce sens.