Mardi en commission du parlement wallon, le député Jean-Pierre Lépine a donné écho aux inquiétudes des riverains et des autorités montoises concernant les problèmes rencontrés dans la distribution d'eau à Ghlin. Cet été et en février, des phénomènes de coloration importants ont été dénoncés et la SWDE a pointé la présence de manganèse.

Le manganèse présente-t-il un danger pour la santé des riverains concernés? Quel impact ces problèmes d'eau peuvent-ils avoir sur les appareils électroménagers? Des dédommagements sont-ils prévus, les factures d'eau ayant été honorées? Autant de questions qui animent les Ghlinois victimes des problèmes de distribution et que le député Jean-Pierre Lépine a relayées auprès de la ministre de l'Environnement.

Céline Tellier a rappelé que l'épisode estival et celui de février étaient liés à des problèmes différents. En été, le phénomène de coloration était dû à une augmentation du débit dans le réseau de Ghlin qui avait été sollicité pour alimenter également une partie de Mons durant les travaux de rénovation du réservoir du Beffroi. En février, les problèmes de coloration pourraient être liés aux dégâts du gel sur les canalisations ou à une prise d'eau excessive et brutale par un tiers. "Le 14 février, la SWDE a reçu 13 appels. Le service de garde de la SWDE est intervenu sans délai pour ouvrir quatre bouches d'incendie afin de purger le réseau et évacuer l'eau colorée", a précisé la ministre.

Une eau colorée qui inspire plutôt la méfiance chez les riverains, mais il n'y a pas lieu de s'inquiéter selon Céline Tellier. Elle a rappelé que l'eau distribuée répondait à des normes wallonnes de potabilité qui étaient établies sur base de directives européennes, elles-mêmes fondées sur des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé. L'eau peut contenir naturellement du manganèse qui donne cette coloration particulière, mais pas au-delà de 50 microgrammes selon les normes en vigueur. "En dehors des forts moments de coloration où elle est difficilement consommable, l'eau distribuée à Ghlin ne présente pas de risques pour les appareils électroménagers et peut être consommée sans danger", indique Céline Tellier.

C'est le même discours tenu par la SWDE auprès de qui le cabinet de la ministre wallonne a certainement pris ses informations. Mais il tranche avec les témoignages de riverains selon lesquels les problèmes dans la distribution d'eau ne sont pas limités aux épisodes de l'été et de février. Certains rapportent aussi des conséquences fâcheuses sur des appareils électroménagers, dont la durée de vie serait anormalement raccourcie. La ministre Tellier précise toutefois que des demandes d'indemnisation peuvent être introduites auprès de la SWDE, notamment via le site Internet de la société. Si les problèmes sont aussi importants que le laissent entendre certains Ghlinois, il leur faudra sans doute documenter la chose au maximum. Car au niveau wallon manifestement, au-delà des deux épisodes mentionnés, tout baigne à Ghlin.