Mons

D’ici quelques mois, des policiers montois patrouilleront à nouveau à vélo dans la Cité du Doudou.

Les policiers à vélo avaient disparu du paysage montois. Mais ils pourraient bientôt réapparaître. Le chef de la zone de police Mons-Quévy annonce en effet que d’ici la fin de l’année ou début 2020 au plus tard, la brigade cycliste devrait remonter en selle.

Ce retour des agents à vélo rencontre la volonté de Jean-Hubert Nicolay d’avoir une police visible et accessible. Elle présente également des avantages pour les policiers.

"La brigade cycliste va permettre de renforcer la présence de nos agents sur le terrain", indique le chef de corps. "Quand on est à vélo, on voit beaucoup plus de choses qu’en combi. On est plus à l’écoute de ce qui se passe aussi. Les policiers à vélo peuvent ainsi plus facilement aller à la rencontre des citoyens, mais aussi traquer les incivilités. Sans délaisser la criminalité, nous allons mettre l’accent sur la lutte contre les incivilités qui peuvent instaurer un climat malsain."

Le vélo est également un moyen de locomotion propre. Jean-Hubert Nicolay n’a pas d’ailleurs pas caché son intention de prendre des mesures en faveur du développement durable au sein de la zone de police.

Les patrouilles cyclistes ont de plus en plus le vent en poupe dans le pays. Bruxelles et Charleroi ont ainsi cédé aux faveurs de la petite reine. Dans la Cité du Doudou, la brigade cycliste a vu le jour en 2010. Une particularité qui avait valu à des policiers montois de parader à vélo lors du défilé du 21 juillet en 2011. La brigade cycliste montoise était ensuite tombée à l’eau après 2015. De fait, pratiquement toutes les zones de police locale du pays sont équipées de vélo. Mais encore faut-il avoir les effectifs suffisants pour mettre sur pied des patrouilles régulières. La zone de Mons-Quévy semble prête de son côté à se remettre en selle.