Mons La caserne est désormais occupée par la police fédérale.

Plus de quatre mois après sa fermeture officielle, la caserne de la Protection civile de Ghlin n'est toujours pas totalement vidée de son matériel. De nombreux véhicules et outils sont encore entreposés dans les grands hangars. Ils ne resteront cependant plus très longtemps. Une grande enchère est organisée afin de vendre la totalité du matériel, jugé trop ancien ou inutile, qui n'a pas été transféré vers la caserne de Crisnée et qui a été déclassé.

Au total, 28 lots sont mis aux enchères : des camions, plusieurs camionnettes de différentes tailles, deux grandes remorques citerne, un tracteur, des containers, une pelleteuse et même un petit bateau à moteur qui servait à réaliser des recherches aquatiques.

Il ne faut toutefois pas tarder car les visites des hangars se font ce jeudi de 9h à 15h, directement à la caserne de Ghlin (Chemin Bouteiller). Les candidats-acheteurs doivent également s’inscrire pour pouvoir participer aux enchères qui se dérouleront la semaine prochaine.

Une fois entièrement vidée de ses derniers véhicules, la caserne de la Protection civile de Ghlin pourra définitivement passer entre les mains de la police fédérale. Depuis le 1er mars, les policiers ont déjà investi les lieux pour transformer les lieux en centre de formation pour les hommes du CIK, le corps d’intervention de la police fédérale qui est notamment en charge du maintien de l’ordre.

Pour rappel, la caserne de Protection civile de Ghlin a dû fermer ses portes officiellement le 1er janvier 2019, comme trois autres casernes belges, comme le voulait la réforme de la Protection civile souhaitée par l'ex-ministre de l'intérieur Jan Jambon (N-VA). Désormais, seules les casernes de Brasschaat (Anvers) et de Crisnée (Liège) subsistent. C'est là-bas qu'une partie du personnel de Ghlin a été transféré.