Transférer 60% du financement des zones de secours vers les Provinces pour soulager les communes, c'est une idée sortie de l'accord du gouvernement wallon. Elle doit se concrétiser à l'horizon 2024 par paliers successifs. Le cap des 20% doit ainsi être franchi cette année, celui de 30% l'année prochaine.

Mais l'idée est loin de faire l'unanimité. Ainsi, le président du collège hainuyer, Serge Hustache, a déjà esquissé le mur vers lequel il voit les provinces foncer, avec d'une part un fonds des provinces qui se rétrécit et d'autre part, des budgets qui augmentent dans les zones de secours.

Si le problème soulevé n'est pas encore résolu, la Province du Hainaut s'est tout de même acquittée de son devoir pour franchir le premier cap. Elle annonce ainsi avoir débloqué une enveloppe de près de 14,9 millions d'euros représentant 20% du financement communal des zones de secours. "Une situation inédite, presque en forme de défis, dont certains pensaient que nous ne serions pas en état et en capacité de rencontrer, mais qui prouve à ceux qui pourraient encore en douter que nos Provinces sont bien gérées", commente Serge Hustache.

La Province du Hainaut fait amende honorable, mais attend des contreparties. "J’ose aussi espérer, puisque les Provinces sont invitées à intervenir de plus en plus dans le financement des zones, que celles-ci pourront accueillir au plus tôt dans leurs instances des représentants provinciaux", poursuit le président du collège provincial. "J’espère aussi qu’un dialogue constructif et respectueux pourra s’établir entre la Région wallonne, les communes et les Provinces afin de dégager les contours et les balises de notre future collaboration."