Mons

Les autorités montoises avaient lancé un ultimatum au ministre Di Antonio. La vitesse va désormais passer à 50 km/h.

Les tensions sont loin d’être apaisées entre le ministre Carlo Di Antonio et la Ville de Mons. Et l’objet de la discorde porte sur la route industrielle. Un tronçon de cette voirie dépendant de la Région wallonne attend toujours des aménagements de sécurisation pour les cyclistes et les piétons.

En février, la Ville de Mons avait adressé un courrier au SPW pour obtenir des réponses. Quand les travaux allaient-ils débuter? Les aménagements proposés par le collège communal ont-ils été intégrés au projet final du SPW? Enfin, des aménagements provisoires pourraient-ils être effectués en attendant les travaux définitifs?

L’échevine de la Mobilité avait alors lancé un ultimatum à la Région wallonne: si elle n’obtient pas de réponse, elle fera passer la route industrielle à 50 km/h. C’est en effet du ressort communal et la menace va être mise à exécution. “L’ordonnance de police est en cours de rédaction et la réduction de vitesse devrait se faire dans le courant de la semaine prochaine”, indique Charlotte De Jaer. “Nous savons en outre que adjudication des marchés n’aura pas lieu avant septembre. Les travaux commenceront donc en octobre ou novembre.”

Le porte-parole du cabinet Di Antonio maintient ce qui avait été dit: les travaux sont conditionnés à la fin du chantier de l’autoroute A7 et débuteront au début de l’automne.