Le joueur de 36 ans, victime d’une rupture du tendon d’Achille, ne veut pas entendre parler d’une fin de carrière

PÂTURAGES Après plusieurs saisons à Flénu, Saïd Lamara avait saisi à l’entre-saison la perche tendue par Pâturages, relégué en P2 mais bien décidé à ne pas végéter dans l’antichambre. Malheureusement, quelques jours avant la reprise des entraînements, le défenseur s’est occasionné une sévère blessure. Verdict : rupture du tendon d’Achille.

Kinésithérapeute de profession, le citoyen d’Hornu a d’emblée perçu la gravité de la blessure. “L’accident est survenu vendredi 13 juillet, en salle, lors d’un tournoi entre amis” , explique l’infortuné. “J’ai tout de suite su que c’était grave. Moins de 48 heures plus tard, je me retrouvais sur une table d’opération avec un moral en berne.”

Indépendant, notre interlocuteur a quelque peu ignoré les conseils médicaux afin de ne pas abandonner sa patientèle. Hier, autrement dit un mois et demi après l’accident, Saïd a enfin pu marcher sur son pied. “On vient de m’ôter la chaussure de marche que je porte depuis l’opération. Au-delà de l’aspect sportif, ma blessure a engendré des soucis professionnels. J’ai néanmoins essayé de travailler sur une jambe, avec l’aide d’un ami qui m’a véhiculé. Pendant quatre semaines, je n’ai pas pu poser le pied au sol. C’est dans ces moments qu’on découvre ses vrais amis. J’ai également perdu des gens que je soignais depuis des années et qui n’ont pas été patients.”

Alors qu’une fin de carrière a pu être avancée par certains observateurs, le joueur de Pâturages refuse d’évoquer cette possibilité et répète à qui veut l’entendre qu’on le reverra sur les terrains dès cette saison. “Je refuse d’arrêter le football sur une blessure, d’autant que je veux absolument rendre service au club de Pâturages, où Karim Mariage et Rafaele Zarbo me soutiennent. Dans huit semaines, je pourrai recommencer à courir. Cela dit, je ne m’attends pas à rejouer avant le deuxième tour.”

Priorité à la famille et au boulot : “La priorité absolue est de récupérer toutes mes capacités. Le reste suivra naturellement.” C’est tout le mal qu’on lui souhaite…



© La Dernière Heure 2012