Certains profitent des réductions. D'autres lancent des alternatives.

Il n'est pas encore 9 heures, mais des dizaines de personnes s'amassent déjà devant les différentes entrées du Cora de La Louvière. Les promotions annoncées pour le Black Friday ont manifestement tapé dans l'œil de plusieurs consommateurs. C'est le cas de Mathias et Hilary.

"Nous venons surtout pour la Playstation", confie ce couple de Besonrieux. "110 euros de réduction, c'est quand même très intéressant. Et comme les stocks sont limités, nous sommes venus pour l'ouverture du magasin. Nous allons aussi regarder pour un lave-vaisselle. Le nôtre est tombé en panne et nous avons attendu aujourd'hui pour le remplacer, en espérant trouver des offres intéressantes. Nous en profiterons aussi pour faire un tour dans la galerie. Ce sera peut-être l'occasion d'acheter déjà des cadeaux de Noël. Les soldes tombent toujours après les fêtes de fin d'année. Il faut reconnaître pour ça que le Black Friday tombe bien."

Difficile de passer à côté du raz-de-marée. Les grandes enseignes s'en donnent à cœur joie, mais pour les petits commerçants, c'est plus compliqué. Les campagnes de promotion se multiplient à tel point qu'elles finissent par rogner sur les marges. Le Syndicat Neutre des Indépendants rapporte d'ailleurs que 34% des commerces qu'il a interrogé participent au Black Friday et souvent à contrecœur. Dans le piétonnier montois, bon nombre d'enseignes jouent le jeu. Mais on essaie aussi de marquer le coup différemment. La Ville organise ainsi une course aux indices du 25 novembre au 9 décembre. L'occasion de découvrir des boutiques qui marquent leur singularité dans le centre-ville et de remporter un chèque-cadeau de 2000 euros à dépenser dans l'un de ces commerces.

D'autres s'insurgent sur ce Black Friday qui pousse à la surconsommation. De fait, la pratique nous vient des Etats-Unis. Et une étude a démontré que si nous devions tous adopter l'american way of life, il faudrait cinq planètes pour subvenir à nos besoins. Certains profitent donc de ce dernier vendredi de novembre pour lancer une alternative avec le Green Friday. C'est le cas de l'Envol à Soignies, ASBL spécialisée dans la récupération d'objets en tout genre et la réinsertion professionnelle.

Enfin, il y a ceux qui manifestent leur résistance au Black Friday par l'humour, en lançant sur les réseaux sociaux le Blague Friday. Aujourd'hui, vous pouvez balancer votre vanne la plus pourrie. Vous passerez au pire pour un militant soucieux de l'avenir de la planète.