Le réseau hospitalier montois va changer d’ici 2030. Le Pôle hospitalier Jolimont, le CHU Ambroise Paré ainsi que le CHU Tivoli ont constitué le réseau hospitalier HELORA dont la construction de cinq nouveaux hôpitaux fait partie des projets majeurs. L’un d’entre eux prendra place sur le site Wilson à Jemappes où 850 places et lits seront créés. Ce nouvel établissement permettra de regrouper tous les soins de santé au sein d’une seule infrastructure où les moyens humains, financiers et techniques seront centralisés. L’hôpital de Warquignies ne sera pas en reste puisqu’il sera conservé et reconstruit sur le site actuel.

Ce projet sera réalisé en collaboration avec les autorités communales qui bénéficieront de ses retombées. Après plusieurs tentatives vaines, la fusion des hôpitaux montois semble donc enfin lancée. "Par deux fois nous avons essayé en vain de faire cette fusion qui est la solution la plus intelligente pour Mons", indique Nicolas Martin, bourgmestre de Mons. "La première est survenue en 2006 mais l’absence de mise en commun des finances a fait échouer le projet. Cinq ans plus tard, la seconde tentative, suivant la logique territoriale, s’est heurtée à la logique historique des réseaux. Les hôpitaux Ambroise Paré et Saint-Joseph vont désormais tendre progressivement vers un même site principal à Jemappes."

Cette fusion présente plusieurs avantages aussi bien humains que technologiques. "Cette fusion permettra d’atteindre une taille critique nécessaire pour développer le service à la population", poursuit Nicolas Martin. "Nous pourrons également investir davantage dans une technologie de pointe grâce à cette taille plus importante. Cette centralisation attirera également davantage de médecins spécialistes qui contribueront à l’amélioration du service citoyen."

En intégrant l’hôpital de Warquignies dans le projet, l’avenir de cette implantation pourra être assuré. Une bonne chose selon le bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève, qui s’est dit "satisfait de la conservation de l’hôpital de Warquignies qui rend service à de nombreux habitants des communes environnantes."

Jemappes n’a pas été désigné au hasard comme lieu d’accueil pour ce nouvel hôpital. Ce choix permettra de restructurer la zone de l’avenue Wilson, composée actuellement de petits espaces pas suffisamment structurants pour un lieu aussi stratégique. La proximité à de nombreux axes routiers et l’abondance de transports en commun dans la zone ont également constitué un point essentiel à cette prise de décision. Cette implantation permettra également à la Ville de Mons de poursuivre sa redynamisation de Jemappes.

La mise en place de ce nouveau pôle hospitalier ira également de pair avec la volonté du recteur de l’UMons de mettre en place une faculté complète de médecine.

L’avenir des magasins de l’avenue Wilson à Jemappes ainsi que des sites actuels d’Ambroise Paré et de Saint-Joseph a déjà été pensé par la Ville de Mons. "Les investissements importants entrepris pour le CHU Ambroise Paré ne seront pas sacrifiés puisque le site poursuivra ses activités en ciblant davantage les activités de jour ainsi que les services aux citoyens", explique Nicolas Martin. "Le site de Saint-Joseph, plus ancien, sera quant à lui reconverti. Quant aux commerces de l’avenue Wilson, nous nous chargerons de discuter de gré à gré pour convenir d’une éventuelle relocalisation. Si aucun accord n’est trouvé, alors nous aurons peut-être recours à une expropriation."

En plus de ce nouvel hôpital à Jemappes et la reconstruction de Warquignies, quatre autres sites HELORA prendront place à travers le pays. L’un sera mis en place à La Louvière, sur le site de Longtain et un autre le sera au quartier du Bois de l’Hôpital à Nivelles. Lobbes bénéficiera également de son site. Sa localisation reste cependant à définir. L’hôpital de Tubize sera quant à lui progressivement modernisé et rénové. Près d’un milliard d’euros seront nécessaires pour la mise en place de ce projet ambitieux.