La pandémie a des répercutions à tous les niveaux.

La pandémie de coronavirus bouleverse véritablement notre quotidien et nos habitudes. Elle a également un impact sur les 17 chantiers menés actuellement sur le réseau structurant du pays. En effet, seuls quatre d’entre eux vont se poursuivre malgré la crise. Chez nous, les travaux qui avaient repris sur la E19/E42 en février dernier sont suspendus. Sans nul doute, la fin de chantier, prévue en juillet prochain, sera repoussée. Toujours dans la région, seule la réhabilitation de la traversée de Ghlin est actuellement maintenue.

Le chantier avait débuté en octobre dernier et vise à réhabiliter la traversée de Ghlin (N50) sur près de deux kilomètres. Le chantier avait été scindé en deux tronçons d’un kilomètre chacun afin de limiter au maximum l’impact sur le trafic. Plusieurs dispositions ont naturellement été prises afin de permettre le bon déroulement des travaux, notamment la pose de déviation ou encore un déplacement des zones de stationnement et des arrêts de bus.

La phase une, entreprise au niveau du carrefour avec l’avenue du Millénaire jusqu’au carrefour avec la rue Limauge, devrait être terminée en juin prochain. La phase deux, concernant le carrefour avec la rue du Grand Large jusqu’au carrefour avec l’avenue du Millénaire, devrait quant à elle débuter en juin. Une réunion d’information destinée aux riverains sera cependant organisée pour le démarrage de cette dernière phase. La fin définitive du chantier est prévue pour la fin de l’année 2020, sous réserve de conditions météorologiques favorables.

"Notre priorité est de préserver la sécurité des agents, tout en assurant la sécurité de tous dans les zones de chantiers. C’est pourquoi il faut un état des lieux clairs et prioriser certains travaux, comme le suivi de la signalisation des chantiers", soutient Philippe Henry (Ecolo), ministre de la mobilité en charge des infrastructures. Un état des lieux qui tient compte de l’interruption des activités de certains entreprises, pour préserver la santé du personnel ou liée à la difficulté d’approvisionnement en matériaux et matériel.

"La durée de ces différentes interruptions n’a pas encore été déterminée. Cette interruption de travail sur les chantiers entrainera inévitablement, dans la majorité des cas, un retard sur la fin annoncée des travaux, qui ne peut encore être défini actuellement", précise encore la Sofico. "Des réunions ont lieu quotidiennement au sein des différentes entreprises pour déterminer les possibilités d’assurer la continuité des activités sur les chantiers."

La situation pourrait donc encore évoluer dans les prochains jours.