Ce n’est un secret pour personne, SudRadio n’organisera pas le concert du Doudou cette année. C’est en effet la RTBF qui aura la lourde tâche de faire oublier la radio implantée dans le piétonnier de Mons, qui était à la tête du concert du Doudou depuis 1996. La députée-bourgmestre, Jacqueline Galant, a interrogé la ministre Linard ce mardi en Commission afin d’en savoir plus sur les dessous de ce revirement de situation.

"Inventé et offert gracieusement par la radio provincial SudRadio, le concert du Doudou devrait désormais être organisé par la RTBF suite à une décision de la Ville de Mons. A l’origine de l’événement, SudRadio n’aurait même pas été consultée par le marché public pour l’organisation de l’événement", rappelle la députée-bourgmestre, Jacqueline Galant.

"Cette situation a de quoi alimenter la polémique d’autant plus que la Ville de Mons octroierait un subside de 60 000 euros à la RTBF pour ce concert alors qu’il était offert gratuitement par SudRadio. En tant que ministre des Médias, que pensez-vous du sort réservé à SudRadio ? Est-il exact que complémentairement aux 60 000 euros de la Ville, la RTBF interviendrait à hauteur de 40 000 euros dans la retransmission de ce concert ? Quel regard portez-vous sur cette forme de concurrence imposée au secteur privé ? A terme, la Fédération Wallonie-Bruxelles envisage-t-elle de subsidier le concert du Doudou ?", se questionne-t-elle.

La ministre rappelle quant à elle que "la Ville de Mons a fait le choix en 2019 de reprendre la main l’organisation de ce concert qui fait désormais l’objet d’un marché public qui visait, en 2022, non seulement l’organisation de concert mais également la promotion des festivités qui se dérouleront à cette occasion et à la création d’une émission visant à faire rayonner la ducasse de Mons. Il me revient qu’aucune retransmission de ce concert n’est prévue sur les médias de la RTBF mais uniquement la diffusion d’une émission télé à la suite du JT. Pour l’organisation de cette émission et du concert, la RTBF complète en effet le montant alloué par la Ville de Mons afin d’affirmer son ancrage montois."

Elle comprend néanmoins la frustration de SudRadio de ne pas avoir été consultée mais rappelle que la RTBF n’est en rien responsable de cette décision. Une intervention financière de la Fédération Wallonie-Bruxelles n’est quant à elle pas à l’ordre du jour.

Une réponse qui n’a en rien diminué la colère de Jacqueline Galant qui se demande pourquoi 100 000 euros d’argent public sont utilisés pour un concert qui était habituellement gratuit. "C’est beaucoup d’argent public. En plus c’est une concurrence totalement déloyale entre le public et le privé. C’est également une concurrence avec les télévisions locales qui étaient demandeuses et auraient pu retransmettre le concert à l’ensemble de Mons-Borinage, du Hainaut voire même de la Wallonie si toutes les télévisions locales s'étaient associées. Je trouve cela cher que 40 000 euros d’argent public soient en plus injectés par la RTBF pour seulement mettre en place une émission après le JT. Les Montois jugeront de ces dépenses tout à fait scandaleuses d’argent public", conclut Jacqueline Galant.

Inutile de rappeler que cet échange en Commission ne changera rien à la décision de la Ville de Mons d’octroyer le concert du Doudou à la RTBF mais aura peut-être don de relancer les débats dans la Cité du Doudou.