Mons

Après la résurrection de 2019, le FIFM est au taquet pour son retour, du 6 au 13 mars, à Mons.

Elle marque d'une certaine manière le lancement du compte à rebours avant le grand jour, l'affiche du Festival international du film de Mons vient d'être dévoilée. Pour cette 35e édition, c'est le talent d'une artiste locale, Mara De Sario, qui est mis à l'honneur. À l'origine en noir et blanc, cette image provient d'une série de photos intitulée "Les filles sages vivent dans les bois".

Trois mots-clés accompagnent l'image. Ils sont accompagnés de hashtags, signe que le festival se veut moderne et vise un large public, notamment chez les jeunes. Maxime Dieu, qui a succédé à André Ceuterick à la tête du festival, nous explique le sens de ces mots-clés.

© D.R.

"Nous avons eu une réflexion sur ce qui faisait l'ADN du festival", indique l'administrateur délégué du FIFM. "Clairement, il s'agit d'un festival d'émotions. Nous pouvons y présenter à la fois des films drôles ou tristes, mais qui se marquent toujours par des émotions qui vont toucher les spectateurs. Il y a ensuite le mot love, car l'amour reste le fil rouge de notre festival. Enfin, il y a le cinéma que l'on défend comme compétence artistique, mais aussi comme espace de diffusion."

Le tout se décline en anglais. Ça ne tranche pas avec la langue de Molière pour les émotions et le cinéma. L'amour par contre devient love. C'est que le festival a acquis une stature internationale qu'il compte bien continuer à défendre.

Après une année d'interruption en 2018, le festival est revenu l'an dernier pour une édition test qui devait éprouver la nouvelle direction et les prémisses d'une nouvelle mouture. Si le FIFM revient dans la Cité du Doudou du 6 au 13 mars, c'est bien parce que le test a été réussi. Ses organisateurs aspirent à aller plus loin encore.

"Nous avons dû relancer le festival en 2019 avec une équipe réduite et dans un contexte plus difficile", poursuit Maxime Dieu. "Ça a été une bonne année de redémarrage. Pour cette édition 2020, l'équipe est renforcée et nous disposerons de plus de latitudes pour mettre en place de nouvelles choses et collaborations. L'ASBL a été stabilisée, nous sommes à présent dans une mécanique qui a bien repris."

Notons enfin que le Festival international du Film d'Amour ne se tiendra plus en même temps que la Saint-Valentin. "C'est une raison principalement artistique. Le mois de février est celui des récompenses avec les Césars, les Oscars et le festival de Berlin. Nous voulions donc nous éloigner de cette période car beaucoup d'énergie sont déjà mobilisées durant cette période, ce qui pose toujours beaucoup d'interrogations sur la venue des invités et l'obtention de certains films", conclut Maxime Dieu.