Le Festival international du Film de Mons avait été le dernier festival de cinéma à se tenir avant le premier confinement en mars 2020. Il pourrait être aussi le premier à retrouver son public cet été après l'ultime tour de vis sanitaire qu'a connu le secteur culturel en octobre. Les organisateurs annoncent en effet que la 36e édition du FIFM se tiendra du 9 au 16 juillet 2021.

Une édition qui était initialement prévue début mars et qui avait été ensuite reportée à la fin mai. Tous les indicateurs n'étaient pas encore au vert pour un tel événement. Mais à présent, il semble qu'entre les annonces du CODECO, les avancées de la vaccination et la libération progressive des unités de soins intensifs, on se dirige vers un alignement des planètes pour un Festival international du film de Mons en juillet.

Cette édition estivale exceptionnelle et le volume de son programme seront adaptés à la saison et inscrits dans les limites imposées par les règles sanitaires. Mais une chose est sûre, les cinéphiles en auront pour leur compte. Les organisateurs annoncent ainsi une programmation particulièrement qualitative et éclectique avec environ 70 films dont une trentaine de longs-métrages internationaux présentés en premières belges, une compétition internationale, la compétition de courts-métrages belges, des avant-premières, des séances en plein air - si la météo le permet -, des séances pour le jeune public tous les jours et une exposition photo.

On le sait, les différents confinements et la fermeture des salles obscures ont quelque peu perturbé le monde du cinéma. Plus de 400 films sont ainsi en attente. On annonce déjà un embouteillage sur les grands écrans. Et il a même fallu retourner des scènes du nouveau James Bond, prévu début 2020 et toujours pas sorti, car certains placements de produits étaient devenus obsolètes! Un contexte cinématographique particulier donc, mais qui n'a pas empêché les organisateurs du FIFM de concocter une savoureuse programmation, que du contraire. "Nous n'avons pas eu de difficultés pour la programmation", explique Maxime Dieu, administrateur-délégué. "Il y avait énormément de films en attente depuis des mois, d'autres qui avaient été reportés. Il y a aussi eu beaucoup de festivals annulés. Le choix était donc important. S'ajoutent aussi des films qui ne sont pas distribués en Belgique et que nous prenons toujours plaisir à programmer. Ou encore des premières belges. Tout cela transparait dans la qualité exceptionnelle de la programmation de cette édition. Et on laisse même un peu de place pour des films de dernière minute. Certains distributeurs doivent encore se décider, nous pourrions avoir quelques bonnes surprises."

Des films et des bons. Le FIFM se recentre sur l'essentiel. Mais cette 36e édition ne se résumera pas à quelques projections pour autant. Il y aura des invités évidemment. Et s'il est difficile d'imaginer de rassembler des centaines de personnes au Palais des Congrès, cette édition particulière pourrait tout de même profiter de l'ambiance estivale pour offrir quelques moments de partage en extérieur. L'été est annoncé meilleur que le printemps, c'est déjà ça. Notons enfin que le tarif des séances de cinéma est fixé à 5 euros et que les pass, en série limitée, se décrochent pour 30 euros.