En appel, il risque douze ans de prison pour cette tentative de meurtre

L’avocat général devant la cour d’appel du Hainaut a requis, mardi, une peine de douze ans de prison contre un habitant de Manage, âgé de 22 ans, poursuivi pour plusieurs préventions dont une tentative de meurtre sur un policier, à Vedrin (Namur), le 3 mars 2016. Les policiers étaient intervenus pour un vol de fardes de cigarettes dans un commerce. Medhy nie les faits. Un arrêt est attendu le 24 janvier.

Le jeune homme avait été condamné à six ans de prison ferme pour la tentative de meurtre et à une peine de cinq ans de prison, avec sursis probatoire pour ce qui excède trois ans, pour les autres faits par le tribunal correctionnel de Mons, le 11 septembre dernier. Pour le ministère public, une seule peine s’impose, car le prévenu a été animé de la même intention délictueuse entre le 30 janvier 2016 et le 3 février 2017.

Le 3 mars 2016 , vers 4 heures, la police avait été alertée par l’alarme du Carrefour Market de Vedrin. Quand les policiers étaient arrivés, une Mercedes bordeaux, avec trois hommes à l’intérieur, prenait la fuite. Un policier s’était mis devant la voiture, qui avait accéléré. Le policier s’était accroché au capot et n’avait pas été blessé, mais la Mercedes avait pris la fuite.

Medhy nie être impliqué dans cette affaire et prétend qu’il a été balancé par d’autres caïds de Manage qui lui disputent son territoire. Il conteste aussi avoir volé un coffre-fort contenant 48.000 euros, le 30 janvier 2016, dans un commerce à La Louvière. Il a demandé son acquittement.

Il n’a pas contesté les autres faits : vente de cannabis et cocaïne, vol de cigarettes dans un commerce à Ath, vol d’un véhicule à Chimay ou encore un vol avec violence et détention arbitraire commis à La Louvière. Enfin, des outrages envers le juge d’instruction ont aussi été retenus par le premier juge et non contestés en appel.

Au premier round , le tribunal avait tenu compte de la longueur de la période infractionnelle, des produits stupéfiants saisis - à savoir cocaïne, héroïne et cannabis -, de la violence utilisée pour commettre les faits, le mépris qu’ils supposent et les conséquences engendrées pour les victimes ainsi que l’état de récidive du Manageois. La cour rendra un arrêt à la fin janvier.