Ils étaient 31 à leur arrivée, ils sont désormais 32. La parade des éléphants qui a fait escale à Mons durant tout le mois d'août s'est agrandie avec l'arrivée de Georges. Cette nouvelle pièce purement montoise fait comme il se doit référence à la Cité du Doudou. D'abord par son nom, en clin d'œil au célèbre Saint, choisi au terme d'un vote par les Montois. Mais aussi par ses couleurs, la tête de l'éléphant évoquant notamment le tout aussi célèbre dragon du Doudou. Saint-Georges avec la tête d'el biète? La réconciliation a été rendue possible par la magie de l'art.

Les pièces qui composent la parade des éléphants ont en effet été réalisées par des artistes du monde entier. Depuis plusieurs années, cette collection atypique déambule dans les grandes villes pour récolter des fonds et sensibiliser l'opinion publique à la sauvegarde des éléphants d'Asie. La première parade a investi Rotterdam en 2007. Anvers, Milan, Hong Kong ou encore Londres ont suivi depuis. À présent, les éléphants sont à Mons.

D'abord exposés un peu partout dans le centre-ville, ils sont désormais rassemblés sur la Grand-Place et au jardin du mayeur pour les protéger des actes de vandalisme. Quant à Georges, il a trouvé place à côté du petit singe. Évidemment!