Une peine de six ans de prison ferme a été requise par le ministère public, lundi, devant le tribunal correctionnel du Hainaut, division de Mons, contre un Montois poursuivi pour des viols commis sur ses nièces 30 ans plus tôt. Le prévenu, en conflit avec sa famille, conteste les faits, reconnaissant avoir eu un rapport sexuel avec une nièce mineure dans les années 90. Il était aussi mineur à l'époque des faits.

Âgé de près de 50 ans aujourd'hui, le prévenu n'a aucun antécédent judiciaire alors que l'accusation le qualifie de "prédateur sexuel". Pour son avocat, il n'existe aucune preuve de sa culpabilité. La défense plaide l'acquittement. Les parties civiles réclament chacune un dommage de 30.000 euros.

Jugement le 6 septembre