Une demande de permis a été introduite. Une réunion d'information est prévue.

On la surnomme parfois la Cité aux éoliennes. Et pour cause, Estinnes abritait celles qui sont longtemps restées les plus grandes d’Europe, soit 11 éoliennes hautes de 198 mètres. L’extension de ce parc était dans l’air depuis très longtemps puis laissée en suspens alors que le promoteur Windvision était racheté par une entreprise chinoise. Mais voilà qu’elle revient au-devant de la scène, plus concrète que jamais, avec l’introduction d’une demande de permis.

Le projet ne concerne pas uniquement la commune d’Estinnes. En effet, le parc existant est situé sur ce qu’on appelle le Levant de Mons, un plateau à cheval sur les communes montoise et estinnoise et traversé par des vents qui font saliver les promoteurs éoliens. Windvision souhaite donc agrandir le parc existant en plantant 7 nouvelles éoliennes d’une puissance totale maximale de 42 MW. Ces nouveaux mâts seraient plantés en partie sur Estinnes, dans le village de Vellereille-le-Sec, mais aussi du côté montois, à Harmignies et Villers-Saint-Ghislain.

Le jeudi 19 septembre à 19h, une réunion d’information se tiendra à la salle Calva d’Harmignies. Le promoteur y présentera son projet et le public pourra poser des questions et émettre des observations ou des suggestions.

Alors que les demandes affluent de toutes parts à Estinnes, la bourgmestre Aurore Tourneur avait déjà confié préférer une extension du parc existant plutôt que de voir pousser des éoliennes tous azimuts. De son côté, le bourgmestre de Mons, Nicolas Martin, nous confiait vouloir rationaliser les demandes de projets éoliens sur base d’une cartographie qui serait dressée en partenariat avec l’IDEA.

Reste à voir quel accueil sera réservé au projet d’extension de Windvision. Les riverains auront leur mot à dire évidemment. Les communes devront remettre leur avis et il reviendra ensuite à la Région wallonne d’accorder ou non le permis.