C'est un projet monstrueux qui se prépare du côté d'Hensies. La société Perpetum Energy, spécialisée dans la construction de parcs photovoltaïques, vient de déposer une demande de permis en vue d'implanter un champ de 78 008 panneaux solaires sur le site de l'ancien charbonnage des Sartis. Rien que ça.

Il s'agit tout simplement du plus grand projet photovoltaïque de toute la Wallonie, très loin devant le parc de Tertre (18 720 panneaux) et même encore plus imposant que celui actuellement en construction sur le parking de Pairi Daiza (62 750 panneaux). L'élaboration du parc de Pairi Daiza est d'ailleurs également menée par Perpetum Energy, géant du photovoltaïque qui fait pousser les panneaux solaires comme des fleurs. C'est par exemple cette même entreprise qui se cache aussi derrière un autre projet faramineux en cours de lancement du côté d'Obourg et Saint-Denis.

Mais avant que le futur plus grand parc photovoltaïque de Wallonie ne vienne s'installer au bord du canal Hensies-Pommeroeul, l'entreprise doit passer l'étape de l'obtention du permis dont la demande vient d'être déposée auprès de la Région wallonne. Les citoyens ont donc l'occasion de s'exprimer durant l’enquête publique ouverte du 16 au 30 octobre.

Les réclamations et observations écrites sont à envoyer au Collège communal avant la fin du mois. Les réclamations et observations orales peuvent être formulées pendant la même période sur rendez-vous auprès de Mme Lerminiaux Véronique du service urbanisme d'Hensies ou lors de la séance de clôture de l’enquête du 30 octobre. De son côté, le Collège communal d'Hensies pourra remettre un avis mais c'est bien le fonctionnaire délégué du Service Public de Wallonie (SPW) qui aura le dernier mois sur l'octroi du permis d'urbanisme.

Un site abandonné depuis 44 ans

Avec ce projet, c'est aussi la fin d'une longue saga qui se profile pour les anciens charbonnages du Sartis. Le 31 mars 1976, le charbonnage fermait définitivement ses portes à Hensies. Il était le dernier site minier de Mons-Borinage encore activités. Laissé à l’abandon depuis sa fermeture, le site industriel de 28 hectares a été classé comme site à réaménager en 2017.

Pour un vaste projet d'éco-quartier, le site avait reçu en 2017 le label Quartier Nouveau. On évoquait alors la construction d'un millier de logements mais aussi une maison médicale, une école maternelle, une crèche, des commerces et des services de proximité… Les négociations entre les potentiels investisseurs, la commune, le propriétaire des lieux et Natagora (le marais d'Harchis étant voisin du site) n'ont cependant jamais abouti. 

Aucun projet concret n'était remis sur la table depuis lors. Jusqu'à ce que Perpetum Energy ne décide de passer à l'attaque avec ses 78 008 panneaux photovoltaïques.