Vingt-sept personnes comparaitront à partir de lundi 9h00 devant le tribunal correctionnel de Charleroi, exceptionnellement délogé au Lotto Mons Expo pour l'occasion. Les prévenus, parmi lesquels les frères Hakimi mais aussi l'animateur de télévision Stéphane Pauwels, sont poursuivis pour leur implication supposée dans plusieurs home-jackings.

Le tribunal correctionnel de Charleroi se penchera, durant une semaine, sur 26 agressions très violentes commises entre 2015 et 2017. De nombreuses attaques visaient des dealers de la région montoise. 

L'ancien boxeur montois, Farid Hakimi, est présenté comme le chef d'une association de malfaiteurs. Son avocat a signalé qu'il contestera plusieurs préventions. 

Un prévenu a particulièrement attiré l'attention des médias: l'animateur de télévision Stéphane Pauwels. Son nom est cité dans le cadre d'une agression commise dans le Brabant wallon. L'animateur et son ancienne compagne sont soupçonnés d'avoir commandité les faits, ce qu'ils contestent. 

Le procès, qui se tient au Lotto Mons Expo pour des raisons de sécurité, devrait se dérouler jusqu'au lundi 21 septembre. Parmi les 27 prévenus, certains sont détenus tandis que d'autres portent un bracelet électronique. La présence policière sera dès lors importante. Une quinzaine de personnes se sont constituées parties civiles. 

Le dossier pourrait faire l'objet d'une demande de report par la défense car le chef d'enquête a été inculpé de violation du secret professionnel dans cette affaire. Il aurait donné de précieuses informations à la compagne de l'un des prévenus, avec laquelle il entretenait une relation intime. Selon nos informations, le fait que ce policier soit jugé plus tard, par une autre chambre, ne devrait toutefois pas constituer une entrave au déroulement du procès.