Il était question de sauvegarder la première Auberge de Jeunesse de Belgique, située à la rue Piérard à Bougnies

Du jamais vu ! Après plus de dix ans de combat pour tenter de préserver la première Auberge de Jeunesse de Belgique, située à la rue Louis Piérard, et une promesse ferme de subside (datant de 2016) de près de 700.000 euros du ministre de l'aménagement du territoire, Carlo Di Antonio (cdH), le collège communal de Quévy a finalement décidé de ne pas donner suite.

Résultat? Le subside, pris en charge à 100% par la région Wallonne, tombe aux oubliettes, tout comme la rénovation du site dont le patrimoine est historiquement symbolique. Le sort réservé à la première auberge de jeunesse de Belgique est d'autant plus surprenant que majorité socialiste et opposition avaient travaillé de concert pour voir aboutir favorablement ces années de labeur.

Désenclaver l’auberge, rechercher un partenariat public-privé pour y développer un projet touristique, ou encore y aménager des logements publics, même vendre le bâtiment restauré étaient au programme. Projet et subside avaient été sollicités par la majorité PS auprès du ministre Di Antonio. Le site avait même été reconnu Site à Réaménager (SAR), ce qui garantissait une subsidiation totale du chantier.

Force est de constater qu'il n'en sera finalement rien et l'opposition GénérationS Quévy est écarlate. "La déception fait place à la colère et à l'incompréhension car les feux étaient verts pour rénover ce site et développer une véritable politique touristique dans la commune", tancent David Volant et Aurélien Godin. "La rénovation de ce chancre aurait pu bénéficier à l'ensemble des citoyens de la commune et de la Région. Aujourd'hui nous avons une nouvelle fois la preuve que le collège communal de Quévy ne mérite pas la confiance que ses citoyens lui ont accordée lors du dernier scrutin."

Ajoutons à ce regrettable raté le fait qu'aucun autre projet en Wallonie ne pourra bénéficier de cette manne de 710.000 euros, qui retournera dès lors dans le budget global de la Région. Il s'agissait en effet du dernier subside SAR. Le collège de Quévy avait jusqu'à ce mercredi soir pour marquer son acceptation du subside. Une validation qui n'est finalement jamais arrivée à la signature du ministre.