Le musée consacré aux minières néolithiques a de quoi jouer la carte ecofriendly.

Ça va bourdonner au Silex's de Spiennes. Le centre d'interprétation des minières néolithiques a en effet adopté des abeilles. Après le retour du beau temps, les ruches seront installées. À terme, le musée devrait même produire son propre miel.

Mais qu'est-ce que des abeilles viennent faire là-dedans? Le Silex's tient en fait à affirmer de plus en plus son image ecofriendly. Car ecofriendly, le musée l'est bien. Même si au départ, c'est surtout pour des raisons techniques. "Nous n'avons ni chauffage ni eau courante dans le musée. En effet, pour des raisons liées à la préservation des mines, il était impossible de faire venir des canalisations jusqu'au centre d'interprétation", explique Manuela Valentino, responsable du pôle UNESCO de la Ville de Mons.

Mais plutôt que de subir ces restrictions à première vue archaïques, le musée en profite pour se positionner dans l'air du temps. "Nous voulons miser sur ces particularités et ambitionnons de devenir un musée zéro déchet", poursuit Manuela Valentino. "Rappelons que le musée est situé en plein cœur d'une zone Natura 2000, encadrée par des directives européennes pour la protection de la biodiversité. Nous avons clairement des cartes à jouer en matière de développement durable."

Et en matière de développement durable, les abeilles sont tout un symbole. Les insectes butineurs permettent en effet à 80% des espèces de plantes de se reproduire. Or, depuis quelques années, l'agro-industrie perfusée aux pesticides nuit fortement aux abeilles dont la population a fortement chuté. Pour rappel, Albert Einstein avait prédit que l'humanité n'aurait plus que quatre années à vivre le jour où les abeilles disparaitraient.

Mais à Spiennes, les abeilles sont les bienvenues. Trois ruches vont être installées à proximité du musée. Du miel devrait même être produit dans la foulée. Pas directement sur place, faute d'eau courante. Mais dans une ferme voisine. De jolis pots de miel trouveront ensuite place aux côtés d'autres trésors sur le comptoir dédié aux produits locaux, à l'intérieur du musée. Ecofriendly, qu'on vous disait.

Notons enfin que cette harmonie parfaite entre le musée et son environnement se traduit également par l'observation du ciel. Le Silex's est ainsi devenu un spot apprécié par les équipes de l'UMons qui jettent un œil dans les étoiles. Des animations astronomiques sont régulièrement proposées. Le rêve de la responsable du pôle UNESCO? "Faire éteindre la ville juste un soir pour pouvoir observer les étoiles", avoue Manuela Valentino.