Agrandissement, fermeture, nouveau site,… Nous vous l’annoncions en exclusivité en septembre dernier : Autosécurité planche sur la réorganisation complète de ses sites en province de Hainaut. Cette dernière aura des conséquences sur les stations de Cuesmes, de Lobbes et de Binche : à Cuesmes, l’on évoquait la création de deux nouvelles lignes tandis que le site de Maisières serait fermé une fois une nouvelle station construite du côté de Binche.

À ce jour, les choses n’ont pas énormément avancé. "La création de nouvelles lignes à Cuesmes est toujours bien prévue mais pas avant plusieurs mois. On parle plutôt de la fin d’année", explique Virginie Li Luma, responsable presse pour Autosécurité. "Quant à la construction d’une nouvelle station à Binche, c’est effectivement un projet… Mais là encore, il est bien trop tôt pour en parler concrètement. Ce ne sera pas pour cette année, c’est une certitude."

Cette année, la priorité est mise sur trois autres sites, à savoir Grâce-Hollogne, Mont-Saint-Guibert et Lontzen. En parallèle de ces différents projets, Autosécurité n’aura cependant pas d’autres choix que de se pencher sur l’aménagement de sept sites wallons de contrôle technique en vue de permettre le contrôle technique de moto. Si ce dernier ne devient pas obligatoire pour tous, il le sera à la suite d’un accident ou lors d’une volonté de revente de particulier à particulier.

Ce contrôle technique, non-périodique, entrera en vigueur au 1er janvier 2023. "Nous devons encore étudier beaucoup de choses, il n’y a donc pas encore grand-chose à présenter à ce stade mais le site de Cuesmes est bien concerné. Les premières lignes dédiées au contrôle des motos pourraient voir le jour en octobre prochain. Les équipements n’arriveront de toute façon pas avant." Quid, dès lors, du personnel ?

Autosécurité vient en effet de lancer une vaste campagne de recrutement de 30 inspecteurs adjoints au contrôle technique. Deux jobdays ont été organisés ce 30 mars dernier à Houdeng-Goegnies et à Grâce-Hollogne. "A priori, pour les lignes motos, on ne partira pas sur du recrutement externe mais sur des formations en interne. Il faudra cependant remplacer les inspecteurs auto qui seraient assignés au contrôle des motos. D’où la nécessité de recruter."

Les choses se mettent lentement mais sûrement en place. L’entrée en vigueur du contrôle technique pour les motos nécessitera quelques adaptations. Celles-ci devront, dans tous les cas, entrer en vigueur en janvier prochain.