C’est une vente qui a capoté et qui a défrayé la chronique ces derniers jours. La Fondation Cornez devait racheter le bâtiment de Toit&Moi situé place du Chapitre à Mons. Mais sur fond de polémique entre John Joos et le PS, la fondation présidée par le gouverneur du Hainaut a retiré son offre. "S’il n’y a pas de consensus, nous n’y allons pas", nous avait confié Tommy Leclercq.

Ce n’est en tout cas pas un manque de moyens qui aura motivé la décision de la Fondation Cornez. Pour racheter le bâtiment estimé à 925.000 euros, elle pouvait en effet compter sur un subside de 1,4 million d’euros de la Province du Hainaut. Un montant inscrit au budget extraordinaire pour l’année 2020 et qui avait fait sourciller le groupe Ecolo.

"Nous étions étonnés que la Province finance par emprunt, en s’engageant à payer des intérêts donc, l’achat d’un bâtiment dont elle ne serait même pas propriétaire", explique Philippe Lesne, chef de groupe Ecolo au conseil provincial. "D’autant plus que nous savons que les provinces vont devoir participer au financement des zones de secours. Ce subside de 1,4 million d’euros, c’est de l’argent qui pourrait servir pour les zones de secours et qu’on voulait mettre ailleurs."

Pire, Ecolo se demande si ce subside était vraiment bien nécessaire, une source bien informée ayant confié dans nos colonnes que la Fondation ne manquait pas de moyens. Par ailleurs, les Verts rappellent que la Fondation n’est pas en ordre au niveau de la composition et de la publication des membres de son conseil d’administration. "Ce qui est interpellant, car cela pose la question de la validité des actes qui sont posés par cette Fondation et la qualité de sa gouvernance", ajoute Philippe Lesne.

Attachés à la transparence, les Verts sont quelque peu chipotés par ce dossier. "Nous n’avons pas de représentants au sein de la Fondation Cornez. Elle est entièrement pilotée par le gouverneur qui en fait ce qu’il veut et choisit qui il nomme. Il y aurait des choses à remettre en ordre pour que cela soit un peu plus clair, surtout quand la Province octroie des subsides aussi importants."

Ecolo interpellera le collège mardi au conseil provincial. Les Verts proposeront d’ajouter deux conditions pour l’octroi de subsides dépassant les 5.000 euros à des personnes morales. "Il faudrait tout d’abord s’assurer que la personne morale est en ordre avec les publications légales qui lui sont imposées. Il faudrait en outre recevoir le dernier bilan approuvé afin de vérifier que la personne morale concernée ne dispose pas de fonds propres qui lui permettraient de couvrir par elle-même l’activité pour laquelle elle demande un subside", conclut Philippe Lesne.