Mons

Un nouvel essai pour la Ville en attendant de franchir le pas pour de bon à l'occasion du Doudou 2020.

Les images de lendemain de fête avec leur tapis de gobelets en plastique jonchant le sol seront bientôt à remiser au placard. Plus précisément, dans ces albums souvenir d’une époque où l’être humain pensait que la planète était increvable.

De plus en plus de communes proscrivent ainsi ces satanés gobelets en plastique, à l’instar d’Ecaussinnes. D’autres événements majeurs de la région ont également embarqué dans l’aventure, comme le Ronquières Festival.

À Mons, on se prépare à franchir le pas. Le plastique mou sera encore de la partie cette année, mais ce sera sans doute un dernier tour de piste. La Ville de Mons garde en effet comme objectif d’adopter définitivement les gobelets réutilisables en 2020. En attendant, l’heure est aux tests. Et le prochain sera mené à l’occasion du petit Doudou qui se tiendra le 23 juin.

"Il y avait déjà eu un essai pas très positif en 2015", rappelle Charlotte De Jaer, échevine de la Propreté. "Un autre test a été mené lors du dernier marché de Noël. Là, l’expérience était déjà nettement meilleure. Nous allons donc maintenant faire un nouvel essai pour le petit Doudou. À l’issue de ces trois tests, nous aurons une bonne vue pour avancer sur la Ducasse de 2020, avec tout un travail de sensibilisation qui sera mené tant auprès des citoyens que des cafetiers."

L’enjeu est de taille. Chaque année, 90 tonnes de déchets sont récoltées lors de la Ducasse. Avant de relever le défi en 2020, la Ville de Mons va donc pouvoir se faire la main avec le petit Doudou. Un bel entraînement en perspective. En effet, au cours des dernières années, le petit Doudou a pris de l’ampleur et draine, au-delà des quelque 3.300 bambins participants, de nombreux fêtards qui jouent les prolongations folkloriques.