Depuis le 1er janvier 2016, la Région wallonne impose aux entreprises et aux organisations de trier leurs déchets.

Comme tout citoyen lambda, les entreprises et les organisations sont appelées à trier leurs déchets depuis le début d’année. PMC, papiers, cartons, métaux, piles, peintures, verre… tout doit désormais être classé et jeté dans des conteneurs prévus à cet effet. L’objectif visé par la Région wallonne est de sortir 100.000 tonnes de déchets des décharges et des incinérateurs.

Certaines entreprises ont décidé de prendre les devants et incorporent le tri sélectif sur leur site depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. C’est notamment le cas de Vesuvius, un des leaders mondiaux dans le secteur de l’ingénierie de l’écoulement de métal ainsi que dans la production de produits céramiques réfractaires, et dont l’un des sites est basé à Ghlin depuis plus de 30 ans. Ancré depuis plus de 10 ans, le principe du tri est simple : tout le monde trie comme s’il était à la maison.

"Nous avons commencé en 2005 en disposant des poubelles papiers et cartons à proximité de chaque bureau. Par la suite, nous avons incorporé petit à petit des poubelles spécifiques pour les PMC et les piles usagées qui sont installées dans tous les lieux importants du site. Les 140 personnes que nous employons à Ghlin respectent et comprennent parfaitement cette méthode de tri", explique Marc Onraedt, manager du site de Ghlin.

À l’arrière du bâtiment, une dalle propreté qui rassemble les différents points de collecte des déchets a été installée. "Chaque conteneur est surplombé d’une plaque où est inscrit le type de déchet qui peut être jeté dedans. Ils ne peuvent pas se tromper. Nous y retrouvons une benne pour les déchets informatiques, les chiffons, le bois, les peintures et spray, le papier carton et les papiers, les PMC, les pièces métalliques, les déchets ménagers ainsi que pour les piles. Nous recyclons aussi les huiles que nous utilisons."

Du côté du ramassage des conteneurs, tout a déjà été réfléchi et est d’ores et déjà appliqué. "Les déchets ménagers sont vidés chaque semaine. Pour le papier, le carton et les PMC, les bennes sont désemplies deux fois par mois. En ce qui concerne les autres conteneurs, qui sont évidemment plus particuliers, cela se fait à la demande puisque nous travaillons avec des partenaires, comme la société Cogétrina-Dufour, qui s’occupent de ces déchets-là."

Précisons que si le tri sélectif n’est pas respecté par les entreprises ou les organisations, les amendes pourraient s’avérer salées puisqu’elles sont comprises entre 100 € et un million d’euros selon le cas étudié.