Le mois de janvier aura été particulièrement arrosé avec pratiquement le double de précipitations que la normale. Ce qui n'a pas manqué de déclencher dans certains villages des inondations. C'est le cas notamment à Harmignies où l'on a trop souvent tendance à se trouver les pieds dans l'eau. Mais bonne nouvelle pour le village montois, la zone d'immersion temporaire tant attendue semble enfin se profiler.

Alexandre Todisco (PS) et Yves André (CDH) se sont inquiétés des problèmes d'inondation à Harmignies lors du dernier conseil communal. Les deux élus ont cherché à comprendre pourquoi les inondations étaient si récurrentes et surtout, quelles solutions allaient être mises en place.

"Les dernières semaines ont en effet été très éprouvantes pour les habitants d'Harmignies: fortes pluies, saturation de la nappe phréatique et débordement de la Trouille provoquent ces inondations tant redoutées", a expliqué l'échevin des Travaux, Stéphane Bernard. "J'ai pu avec l'échevine Catherine Houdart constater l'étendue des problèmes sur place. Des travaux ont déjà été réalisés pour limiter l'impact de ces fortes pluies, mais force est de constater que ce n'est pas suffisant."

Dans l'urgence, les services communaux ont distribué des sacs de sable lors des fortes pluies du mois de janvier. Mais une solution plus durable est annoncée avec la création d'une zone d'immersion temporaire. "Cette zone d'immersion temporaire doit être réalisée entre Harmignies et Givry. L'objectif est de créer un ouvrage automatisé qui permettra de réguler le débit de la Trouille et de stocker l'eau à l'aide d'une digue", précise Stéphane Bernard.

Cette zone d'immersion temporaire est annoncée depuis longtemps et les autorités montoises n'ont pas manqué d'interpeller différents ministres wallons pour faire avancer le dossier. Un dossier qui a notamment pris du retard en raison d'expropriations nécessaires à sa réalisation. Mais le projet semble à présent sur de bons rails. "La Région wallonne doit clôturer en mars la procédure de marché public. Elle s'est engagée à lancer les travaux dans le courant de cette année", conclut l'échevin.