En septembre prochain, cela fera un an que les citoyens se sont mobilisés contre le projet Boucle du Hainaut, porté par Elia, qui consiste en la réalisation d’une nouvelle liaison électrique d’un niveau de tension de 380 kV et d’une capacité de transport de 6 GW entre les postes d’Avergem et Courcelles. D’abord isolés, les citoyens des premières communes concernées se sont rapidement regroupés et organisés, donnant ainsi naissance à l’association ReVolht.

En presque un an, de très nombreux échanges ont été entrepris, souvent du fait de l’association. Ce dimanche à 18 heures, un focus sera proposé aux citoyens lensois sur cette année de mobilisation. "Des réunions sont organisés par les comités de Soignies, d’Ath, de Lens,… C’est l’occasion de faire le point sur tout ce qui a déjà été accompli et sur tout ce qu’il reste à faire", précise Raphaël Vantomme au nom du comité lensois.

"En un an, notre discours a beaucoup évolué. Nous étions initialement totalement opposés au projet d’Elia. Aujourd’hui, notre position est plus nuancée : nous nous opposons au projet tel qu’il est présenté aujourd’hui. Nous voulons pousser le gestionnaire à envisager d’autres solutions, qui sont certes plus coûteuses mais tout à fait faisables et bénéfiques pour le bien-être de la population, du bétail, de la faune."

Aujourd’hui, le projet d’Elia prévoit la construction de sa ligne via des liaisons aériennes, en courant alternatif. "Ce que nous souhaitons, c’est démontrer que d’autres solutions existent, avec des liaisons enfuies et du courant continu et donc nettement moins d’impact. Nous souhaitons nous montrer constructifs mais il est temps qu’Elia abandonne son projet digne du 20e siècle." Ces arguments, le groupe ReVolht les a compilés officiellement.

"Notre groupe technique a produit une contre-analyse du dossier de base et du dossier du contre-expert mandaté par Willy Borsus. En un an, nous avons vraiment gagné en professionnalisme, nous avons gagné en crédibilité car chaque point soulevé par le groupe est étayé. Nous avons par ailleurs récemment rencontré les citoyens impactés par le projet Ventilus, qui présente la même configuration technique mais qui est présenté comme distinct par Elia… C’est une façon de brouiller les pistes car l’un ne va pas sans l’autre."

Le comité en est conscient, le combat est loin, très loin d’être terminé. "Notre objectif, c’est de rassembler plus de monde encore car si seules 12 communes étaient initialement concernées, elles sont 70 aujourd’hui. Nous sommes tous logés à la même enseigne, que l’on soit dans la région du Centre, dans le Borinage ou en Wallonie-Picarde. Nous souhaiterions proposer une cotisation, de l’ordre de 10 euros par an, afin de faire grandir les troupes et organiser la défense de notre bien-être."

La réunion de ce dimanche sera organisée au sein de la ferme de Briffeuille, située rue Briffeuille 34 à 7870 Cambron-Saint-Vincent.