Des cendriers sondages ont fait leur apparition dans la Cité du Doudou.

C’est un nouvel élément de mobilier urbain qui a déjà fait son apparition dans certaines grandes villes. Les cendriers sondages permettent aux fumeurs de répondre à une question selon qu’ils déposent leur mégot dans le compartiment de droite ou de gauche. L’idée est d’attirer l’attention, de piquer la curiosité et d’inciter finalement les fumeurs à jeter leur mégot dans ces cendriers spéciaux plutôt que sur la voie publique.

Voilà qu’ils débarquent à Mons pour une phase test. "Nous en comptons deux pour le moment", explique l’échevine de la Propreté, Charlotte De Jaer. "Un premier a été installé près du skate park au Grand Large, car nous avons pu constater qu’il y avait des problèmes de déchets, et notamment de mégots, à cet endroit-là. Un autre a été installé à la rue de Nimy, parce que c’est un lieu de passage. L’idée est bien d’attirer l’attention des fumeurs pour leur rappeler qu’on ne jette pas son mégot n’importe où. Il reste évidemment partout dans la ville des poubelles et des cendriers prévus pour ça."

Et puisqu’on a le sens de la formule et l’amour du folklore dans le sang à Mons, les questions qui sont posées à travers ces deux cendriers sondages ne sont pas anodines. "À la base, ces cendriers posent simplement la question : thé ou café ? Mais nous les avons adaptés pour Mons. Pour celui du centre-ville, on propose le choix entre Saint-Georges et le dragon. Pour celui du skate park, on demande aux fumeurs s’ils sont plutôt goofy ou regular Ce sont deux figures de skate", précise Charlotte De Jaer.

D’autres cendriers permettent de collecter les mégots pour les recycler. C’est une idée qui est également à l’étude à Mons. "Samedi, tous les mégots que nous aurons récoltés au terme de notre semaine d’action seront récupérés par une société qui les recycle. Nous avons pris des contacts avec des entreprises pour voir si cette pratique pourrait se développer à Mons", conclut l’échevine de la Propreté.