Pas moins de 20 poteaux à radar anti-vitesse ont récemment fait leur apparition sur les routes communales et régionales de la zone de police Mons-Quévy, sélectionnées sur base d’un sentiment d’insécurité. Mais aucun d'entre eux n'a flashé de voiture en excès de vitesse jusqu'à présent. Même si de nombreux automobilistes pensaient être déjà contrôlés, les boîtiers sont en réalité actuellement tous vides.

"Les branchements sont faits et les contrôles métrologiques ont été réalisés", explique le commissaire Lionel Deleu, en charge des radars pour la zone de police de Mons/Quévy. "De même, nos policiers ont été formés à leur utilisation. Désormais, nous devons régler les détails administratifs incontournables qui prennent plus de temps que prévu à cause de la période compliquée que l'on vit actuellement."

Les radars qui seront placés à l'intérieur des boîtiers doivent en effet faire l'objet d'un avenant avec le centre de traitement des données qui se situe à Namur. "C'est ce centre qui récupère les données de nos appareils et qui fait les procès-verbaux. Mais cette collaboration doit faire l'objet d'un protocole. Une fois qu'il est établi, c'est l'utilisation des poteaux qui est soumise à un autre protocole d'accord entre les différentes autorités."

C'est-à-dire entre le président de la zone de police, Nicolas Martin, le chef de corps de la zone mais aussi le Procureur du Roi ainsi que le ministre en charge des travaux publics. "Forcément, tout cela prend du temps", reconnaît le commissaire Deleu. "Mais ce n'est désormais plus qu'une question de jours ou de semaines. D'ici la fin de l'année, les vingt radars devraient pouvoir être opérationnels."

Pratiquement, les vingt nouveaux poteaux ne seront pas tous actifs simultanément. Une tournante sera réalisée avec les radars à disposition de la zone de police. "Il n'y aura pas en permanence un radar dans chaque poteau. Mais ce ne sont pas des radars qui émettent un flash. Il s'agit d'un système infra-rouge. Donc les automobilistes ne sauront pas si un radar est présent ou non dans le boîtier. Le but est de toute façon de faire ralentir les gens, pas de faire de l'argent en mettant des PV. D'ailleurs, on remarque qu'ils font déjà ralentir les gens alors que les radars ne sont pas activés."