Le groupe Colfontaine Plus s’oppose aux socialistes et espère inverser les tendances

À seulement 26 ans, Lionel Pistone a déjà une mandature derrière lui. Pour ces élections communales, il endosse le rôle de chef de file de Colfontaine Plus et entend briser la mainmise socialiste.

Comment avez-vous vécu cette première mandature ?

"J’ai été élu à 20 ans et je dois avouer que j’ai été surpris du déroulement d’un conseil communal… C’est peut-être propre à Colfontaine, j’ose l’espérer. Mais il y a un réel manque de considération pour les conseillers de l’opposition. Nous avons face à nous une majorité, ou plutôt un homme qui dirige et face auquel nous n’avons rien à dire. Malgré de très nombreuses interpellations, nous n’avons jamais été entendus. Même pas sur des propositions qui figuraient dans le programme socialiste !"

Malgré tout, quel bilan tirez-vous de la majorité PS-MR ?

"En fait, ce bilan est nul, inexistant. Le collège va se targuer d’avoir refait des trottoirs, des routes, l’égouttage… Mais il s’agit d’une gestion quotidienne et ça aurait dû être fait régulièrement ces dernières années ! En 2018, certaines habitations ne sont toujours pas raccordées aux égouts… Je n’appelle pas cela un bilan, nous n’avons aucun beau et grand projet. Les indicateurs socio-économiques sont catastrophiques, nous avons une espérance de vie inférieure aux autres communes, des logements dont le prix est horriblement bas et un taux de pauvreté très élevé. Mais on voudrait nous faire croire que tout va bien à Colfontaine."

À seulement 26 ans, vous êtes tête de liste… Un sacré défi ?

"C’est certain ! Mais c’est aussi une preuve de confiance de la part de mes partenaires (C. Plus regroupe CDH, Ecolo, Défi et des citoyens, NdlR) . Ils m’ont désigné pour être le visage, le porte-parole de C. Plus. Je pense qu’ils ont misé sur la jeunesse mais aussi sur, sans prétention, mes compétences. Je suis diplômé en sciences politiques et en administration publique, je suis travailleur et capable de monter des dossiers. Je pense qu’ils ont pu constater que j’avais une vraie volonté d’agir pour ma commune et ses citoyens. Je ne fais pas de la politique mon métier, je ne travaille pas pour moi-même ou en vue des prochaines élections."

Quelles sont les ambitions de C. Plus ?

"Prendre la majorité ! Nous y allons pour gagner, bien sûr. Nous sommes une équipe dynamique, solidaire et soudée. Colfontaine a vécu sous 120 ans d’emprise socialiste et on voit le résultat… Nous espérons que les citoyens voteront enfin le changement. Si les socialistes perdent leur majorité absolue, ce sera déjà un signal positif. Nous voulons avoir la possibilité de mettre en place un programme positif, tourné vers le futur. Nous misons sur le long terme pour redorer l’image de la commune. Si nous gagnons la confiance des électeurs, nous ferons de la politique autrement, c’est une certitude."

C’est-à-dire ?

"Il est temps d’impliquer les citoyens dans la gestion de leur commune, de leur demander leur avis avant d’agir ! Aujourd’hui, ils ne sont sollicités qu’à l’approche des élections. Nous plaidons pour plus de démocratie et de participation citoyenne. Les consultations populaires, les budgets participatifs par quartier ou encore la diffusion live des conseils communaux font partie de notre programme. Nous voulons donner envie aux citoyens de s’intéresser à ce qu’il se passe dans leur commune."

Emeline Berlier