Ce samedi, nous célébrons la fête du Travail. Jour essentiellement symbolique pour les nombreux travailleurs, c’était aussi l’occasion pour le parti d’extrême gauche de manifester dans le centre de Mons. Une cinquantaine de personnes était présente ce matin, au Marché aux herbes, pour soutenir le mouvement. "On est dans une situation, avec la crise sanitaire, où les grandes entreprises s’octroient d’immenses dividendes", explique John Beugnies, député wallon et représentant PTB de la région. "Et de l’autre côté, on veut bloquer les augmentations de salaire à 0,4%. On trouve que c’est profondément injuste, les travailleurs méritent le respect.Beaucoup ont continué à travailler pendant la crise sanitaire. Ils ont pris des risques pour leur santé, et maintenant, on voudrait bloquer leur salaire."

Le PTB a également voulu faire passer un message, concernant la prépension. "Dans deux mois, on ne va plus pouvoir prendre sa prépension avant 60 ans", précise John Beugnies. "C’est un recul ! Nous voulons que les gens puissent prendre leur prépension à 58 ans, parce que certains métiers sont pénibles à partir d’un certain âge.On estime qu’à partir d’un moment, on a le droit de se reposer, de profiter de ses petits-enfants. De la vie quoi !"

Avec l’autorisation de la Ville et de la police, les membres ont souhaité se retrouver en extérieur. "On voulait fêter le 1er, mais pas derrière les petits écrans de manière virtuelle", poursuit John Beugnies. "Bien évidemment en respectant les mesures sanitaires. Nous avons placé des petites croix au sol, pour mettre plus d’un mètre de distance entre chaque groupe. C’était important de le faire en présentiel."

Un chanteur montois a même accompagné l’évènement. L’occasion de revenir sur la situation du secteur culturel. "Le monde de la culture est complètement fermé", termine le député wallon. "On commence tout doucement à faire des tests, mais cela ne suffit pas. Les acteurs demandent depuis beaucoup trop longtemps d’ouvrir avec le respect des normes. Les travailleurs de la culture sont en train de crever et on ne fait rien pour eux. Donc on voulait qu’un artiste fasse une prestation. Et il l’a dit lui-même : ça fait du bien de jouer face à un public."