Jeudi matin, la direction d’Hygea annonçait une grève de ses travailleurs. Une prime covid était à l’origine des tensions. La direction de l’intercommunale a en effet prévu d’allouer une prime covid de 500 euros aux agents de collecte qui n’ont pas ménagé leurs efforts durant la crise. Mais du côté des travailleurs, on souhaite que cette prime soit élargie à d’autres.

Le fond du problème semble surtout résider dans les problèmes de communication entre direction et syndicats. Du côté de la CGSP d’ailleurs, on ne parlait pas de grève ce jeudi. "Il y a eu une assemblée générale. Les travailleurs ont repris le travail après", indique Laurent Dufrasne de la CGSP. La vision est tout autre pour la direction. "Quand on bloque un site et qu’on empêche les travailleurs d’entrer, ce n’est pas une simple AG", réplique Jacques De Moortel.

Il semble pourtant que les violons ne devraient pas avoir du mal à s’accorder. De son côté, la direction explique en effet que le budget prévu pour la prime n’est pas extensible, d’autant plus que les mesures sanitaires mises en place dans le contexte de la pandémie ont déjà entraîné une des surcoûts. Mais du côté des travailleurs, on est d’accord pour répartir la prime sur le principe de l’enveloppe fermée. "Réunis, les travailleurs ont fait valoir que la solidarité passait avant tout. Ils sont d’accord pour toucher moins, mais que d’autres en profitent", explique Laurent Dufrasne.

Mais pour accorder ses violons, encore faut-il se rencontrer. Jeudi en fin d’après-midi, la direction attendait toujours d’être contactée par les organisations syndicales. Elle a finalement lancé les démarches. Une réunion est prévue ce vendredi matin. L’art de créer des problèmes quand il n’y en a pas ?