Mons

SENEFFE

Marcello Fieni a inventé un procédé chimique révolutionnaire

INNOVATION Chimiste et autodidacte, Tournaisien d’origine carolorégienne, Marcello Fieni a fait une découverte incroyable en 2004. Travaillant sur le traitement des déchets, leur composition et leur valorisation, il s’est intéressé aux résidus plastiques.

Et surtout sur la manière de décomposer la chaîne moléculaire du plastique pour obtenir… du pétrole. “En 1998, on trouvait entre 8 et 12 % de déchets plastiques dans les poubelles belges. Or, il faut quatre siècles pour qu’un sac plastique se décompose”, affirmait-il alors.

Après avoir trouvé la formule, l’inventeur cherchera à tester son procédé. C’est ainsi que Marcello Fieni débarque au Certech, à Seneffe, où ses travaux sont pris au sérieux. Il y rencontre le Pr. François Collignon, ingénieur chimiste. Ils travailleront ensemble depuis lors. En 2006, les premiers résultats étaient connus.

À l’époque, 100gr de matière plastique permettent d’obtenir 120 ml de carburant léger (sans toluène). Depuis le procédé a été amélioré. Marcello Fieni a créé sa propre société FLC Technology sprl et s’est inscrit dans le projet Phénix, porté par Comet Sambre et soutenu par la Région wallonne (plan Marshall), notamment dans la valorisation des résidus ultimes de broyage (voir par ailleurs).

Marcello Fieni se dit déçu : “Pas très soutenu, je fais avec les moyens du bord. Tout cela est en stand by”. L’inventeur souhaite développer une vitrine technologique pour tous types de matières. “Je n’ai pas les capitaux”.

Il faut un réacteur chimique industriel d’une capacité d’un mètre cube pour casser les hydrocarbures et obtenir des résidus hydrocarbonés et du gaz. Coût : un million d’euros. Malgré la frilosité belge, d’autres se montrent intéressés par le procédé de M. Fieni, notamment une société américaine qui construit usine de biodiesel, aux Etats-Unis.

Le projet est applicable à tous types de produits issus de la pétrochimie. Par exemple, appliquer le procédé aux Tetrapack (les boîtes à jus, à lait) permettrait d’obtenir du gaz, du carburant et de l’aluminium.



© La Dernière Heure 2011